Sections

L’ampleur du projet Windfall bondit de près de 80 %


Publié le 15 mai 2018

Minière Osisko envisage à présent un scénario dans lequel les opérations des projets Windfall et Osborne-Bell seraient développées en simultané. Le minerai des deux mines serait traité dans une usine qui serait construite à proximité du site de l’ancienne usine de Domtar, qu’on voit en arrière-plan.

©La Frontière/Le Citoyen - Patrick Rodrigue

Minière Osisko avait d’excellentes nouvelles à annoncer, le 15 mai, alors que les ressources minérales globales du projet Windfall, dans le camp minier de Lebel-sur-Quévillon, ont connu un bond important de 79,4 %.

Si la société décide d’aller de l’avant avec ce gisement localisé à 115 km à l’est de la petite municipalité nordique, elle pourrait en exploiter 2 885 000 onces d’or. La précédente évaluation indépendante, datée de novembre 2014, faisait plutôt état de ressources globales de 1 608 000 onces d’or.

Une meilleure précision des estimations a réduit de 19,7 % les ressources indiquées. Celles-ci sont passées de 748 000 à 601 000 onces d’or. Par contre, beaucoup de nouvelles onces d’or ont été ajoutées aux ressources présumées. Celles-ci ont presque triplé, passant de 860 000 à 2 284 000 onces d’or.

Le calcul a été effectué à partir de 596 733 mètres de forage réalisés depuis 1997 par les anciens promoteurs du projet, auxquels ont été ajoutés 413 692 mètres forés par Minière Osisko entre octobre 2015 et mars 2018. En tout, 2265 trous ont été analysés.

Fusionner deux projets distants de 130 km

Cette mise à jour du projet Windfall est perçue par Minière Osisko comme un bon point de départ pour définir un système plus vaste dans le secteur. C’est d’autant plus le cas que la société envisage maintenant de le combiner à Osborne-Bell, l’autre projet d’importance qu’elle détient dans le camp minier de Lebel-sur-Quévillon, à 17 km à l’ouest de la municipalité.

Au début d’avril, Minière Osisko a mis à jour le calcul de ressources qui avait été réalisé en octobre 2012 par le précédent promoteur, Minéraux Maudore. Cette nouvelle estimation faisait état de 510 000 onces d’or présumées. Les projets de Lebel-sur-Quévillon présenteraient donc un potentiel global de 3 395 000 onces d’or à exploiter.

«Notre plan consiste à incorporer les dépôts aurifères Windfall et Osborne-Bell dans une seule étude de préfaisabilité, a indiqué le PDG de Minière Osisko, John Burzynski. Celle-ci devrait être complétée à l’automne. Elle comprendra un scénario où le minerai des deux exploitations serait traité à l’usine que nous construirions à Lebel-sur-Quévillon.»

Plusieurs emplois

En juin 2017, dans le cadre d’une consultation publique, Minière Osisko avait publié les résultats d’un rapport indépendant dans lequel on apprenait que, pendant les 10 années d’opération prévues de Windfall, Minière Osisko planifiait employer 150 travailleurs sur et sous terre ainsi que 175 personnes dans son usine et pour les postes administratifs.

Ce document n’examinait toutefois pas le projet Osborne-Bell. Les données relatives au nombre d’emplois créés dans la région de Lebel-sur-Quévillon pourraient donc se révéler supérieures aux estimations de 2017.