Sections

Le départ du capitaine valdorien au coeur rouynorandien

Il se rapportera aux Bruins de Providence dans les prochains jours


Publié le 19 avril 2017

Jérémy Lauzon tenait à serrer sa famille de pension dans les minutes qui ont suivies l'élimination des Huskies.

©TC Media/Jean-François Vachon

Le Valdorien Jérémy Lauzon a posé une dernière fois le patin sur l’aréna Iamgold. Le capitaine valdorien au cœur rouynorandien aura marqué les Huskies.

Après l’élimination de son équipe, Jérémy Lauzon a voulu passer un message. «Je suis fier des gars. On a été persévérant et on n’a jamais lâché. C’est plate de finir comme ça, mais toute bonne chose a une fin», a-t-il indiqué.

«Ce fut une saison difficile pour nous. Plusieurs gars ont dû augmenter leur jeu d’un cran et jouer beaucoup de grosses minutes. Je le répète, je suis fier des gars», a-t-il ajouté.

La défaite était difficile à accepter pour Jérémy Lauzon.

Je suis arrivé à 16 ans avec Philippe Myers et Antoine Waked. J’ai tellement vécu de choses ici. Les partisans et mes coéquipiers vont me manquer

Jeremy Lauzon

Le partisan valdorien devenu rouynorandien

Celui qui est devenu un des cinq défenseurs de l’histoire de la concession à avoir accumulé plus de 100 points dans l’uniforme rouynorandien a été repêché en 2013 en début de deuxième ronde par les Huskies. «J’ai toujours été un grand partisan des Foreurs. Ça m’a pris du temps à ma première saison à les haïr comme tout le monde. Je les ai regardé toute ma jeunesse. Et, à l’époque, je criais après les Huskies», a-t-il avoué candidement pour rappeler son arrivée à Rouyn-Noranda.

Cependant, changer de camp fut facile et, de fil en aiguille, il s’est aussi découvert une deuxième famille en sa famille de pension. À la fin de son dernier match, il est allé les serrer dans ses bras Pascal Dubé avant même de retraiter au vestiaire. «Ma famille de pension, ce n’est pas juste une famille de pension, c’est ma deuxième famille. J’ai tellement une belle relation avec eux. Je vais rester en contact. Ce sont maintenant des amis de ma famille. C’était important d’aller le voir après le match parce que c’était mon dernier match ici et devant lui. Je voulais le remercier pour tout ce qu’il a fait pour moi», a confié le capitaine.

Et ce dernier assure que les Huskies vont avoir une place spéciale pour lui. «Je suis juste à une heure de Rouyn-Noranda. C’est sûr que je vais venir faire un tour durant le camp d’entraînement», a-t-il assuré.