Sections

Documentaires et nouvelle image pour Corcovado


Publié le 5 avril 2017

Les documentaires de Virgil Héroux-Laferté permettront de faire connaître plusieurs intervenants du Québec et d’ailleurs impliqués avec l’organisme Corcovado.

©gracieuseté Corcovado/Virgil Héroux-Laferté

Afin de mieux faire comprendre son rôle et ses projets, Corcovado a produit cinq courts documentaires à TVC9 dès le 10 avril. De plus, l’organisme a modifié son image de marque.

L’idée derrière la production des documentaires est de faire connaître les différentes facettes de Corcovado et de donner une voix aux personnes qui sont impliquées dans les différents projets au Québec et à l’étranger.

On s’est dit que de mettre tout ça en images et en son était un moyen très efficace de faire passer notre message

Marilou Villeneuve

«On cherchait un moyen de toucher les gens, de façon beaucoup plus concrète, pour qu’ils puissent percer tous les pans de notre mission, a expliqué la directrice générale, Marilou Villeneuve. On s’est dit que de mettre tout ça en images et en son était un moyen très efficace de faire passer notre message.»

Le projet a pu voir le jour grâce à une subvention du Fonds d’éducation et d’engagement du public en solidarité internationale (FEEPSI) et de l’appui financier de TVC9. Les cinq documentaires, d’une durée de 30 minutes chacun, seront présentés en primeur à TVC9 dès le 10 avril. Ils seront par la suite disponibles sur la chaîne YouTube de l’organisme.

«Une émission portera uniquement sur la mission de Corcovado à travers son histoire et une autre sur notre libraire d’occasion, a précisé Mme Villeneuve. Une autre présentera nos partenaires du Burkina Faso, tandis qu’une autre expliquera ce qu’est la solidarité internationale.»

Un voyage inspirant

Pour réaliser les documentaires, Virgil Héroux-Laferté a fait un séjour de 12 jours au Burkina Faso, dans la commune d’Ipelcé.

gracieuseté Corcovado/Virgil Héroux-Laferté

«Je suis arrivé là avec ma caméra à la main et j’ai suivi l’équipe de coopérants sur le terrain, a-t-il relaté. J’ai toujours voulu faire de la caméra pour voyager et ce projet m’a permis de le faire. Nous avons aussi donné la parole à des gens qui ne l’ont pas nécessairement souvent. En faisant des portraits, j’avais l’impression d’apprendre à mieux les connaître. Et que cela allait les aider à faire passer leurs messages par la suite parce que le spectateur va avoir l’impression de les connaître aussi.»

Le réalisateur a fait de nombreuses rencontres et a reçu un accueil chaleureux du milieu, même si parfois les conditions n’étaient pas toujours optimales. «C’est sûr que tu arrives tout le temps avec une appréhension, a souligné M. Héroux-Laferté. Tu ne veux pas passer pour un voyeur. Le défi a plutôt été au niveau de l’électricité. Recharger les batteries et copier les médias ont été les vrais défis de la chose.»

Nouvelle image

L’organisme Corcovado a également profité du lancement des documentaires pour dévoiler sa nouvelle image et son nouveau slogan: Entraide ici et ailleurs.