Sections

Dame Nature se calme pour la finale d'Osisko en lumière


Publié le 12 août 2017

«On la mérite, cette soirée-là!»

C’est en ces mots que Patrick Giguère, président du conseil d’administration, a remercié le public d’avoir répondu encore présent à la dernière des trois soirées de la 14e édition du festival pyromusical Osisko en lumière, le 12 août.

Il faut dire que Dame Nature n’a pas été tendre avec les organisateurs, alors que la pluie, les orages et le temps frais se sont succédé sans discontinuer pendant les deux premiers jours. «On a écrit une nouvelle page du scénario catastrophe d’Osisko en lumière, alors que la foudre est tombée sur la scène vendredi en fin d’après-midi. Je pense qu’il nous manquait juste ça», a lancé M. Giguère.

Du monde et encore du monde

Ce qui n’a pas manqué, ce sont les festivaliers. Alors que le soleil et la chaleur étaient enfin au rendez-vous, dans la soirée du 12 août, les quatre comparses du quatuor régional Les Fous de Vassan ont chauffé la foule avec leurs rythmes traditionnels québécois endiablés. Ils ont d’ailleurs interprété ce qui devait probablement être la première chanson à répondre de l’histoire d’Osisko en lumière. Et c’était sans doute aussi la première fois qu’on pouvait y entendre de la guimbarde.

«Vous rendez-vous compte de la chance qu’on a ce soir, avec ce beau temps!», a ensuite lancé Alex Nevsky, devant une foule toujours plus nombreuse. Visiblement très heureux de se produire à nouveau dans un festival à Rouyn-Noranda – il avait lancé son deuxième album lors de l’édition 2013 du Festival de musique émergente – le spécialiste des onomatopées a facilement mis la foule dans sa poche avec son électropop, ne se privant pas de l’embarquer dans ses refrains.

Privilège québécois

Milky Chance a clos les festivités de la 14e édition d’Osisko en lumière sous les acclamations d’une foule qui avait alors rempli la totalité du site. En tournée nord-américaine depuis le 31 mai, Rouyn-Noranda représentait pour la formation indie folk électro allemande son seul arrêt en sol québécois et l’une de ses trois uniques prestations au Canada, après Toronto la veille et Vancouver le 24 octobre.