Sections

Tourisme: le transport aérien doit devenir plus abordable

La ministre examine déjà des projets


Publié le 10 août 2017

Parmi les mesures destinées à bonifier l’offre touristique, la ministre Julie Boulet, posée ici avec le ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, Luc Blanchette, a mentionné que les coûts rattachés aux études de provenance et d’achalandage étaient désormais assumés à 100 % par le ministère du Tourisme pour les petits événements et à 50 % pour ceux de moyenne envergure.

©TC Media - Patrick Rodrigue

Rendre le transport aérien plus efficace et plus abordable en Abitibi-Témiscamingue, voilà un des défis que la ministre du Tourisme, Julie Boulet, s’est engagée à relever.

«Le tourisme est l’une des principales activités économiques du Québec. En ce sens, le défi consiste à attirer davantage de gens de l’extérieur. Si l’Abitibi-Témiscamingue dispose de plusieurs produits qui intéressent les touristes à l’international, en particulier ses vastes espaces, elle doit cependant composer avec son éloignement des grands centres. La solution passe donc, entre autres, par un transport aérien plus efficace, accessible et abordable», a mentionné Mme Boulet, lors d’un point de presse donné le 10 août à Rouyn-Noranda.

Accès plein air est un outil vraiment extraordinaire qui permet à votre région de se démarquer du reste du monde

Julie Boulet

Interrogée sur le fait que plusieurs expériences infructueuses avaient été tentées au cours des 15 dernières années, la ministre a répondu que cette fois pourrait bien être la bonne.

«Des promoteurs m’ont approchée pour me présenter des projets. Même Air Canada s’est dite intéressée. Et la volonté politique est là, en particulier pour l’Abitibi-Témiscamingue, le Nord-du-Québec et la Côte-Nord, qui sont nos trois régions prioritaires», a-t-elle fait savoir.

Un outil extraordinaire et unique

Julie Boulet a par ailleurs salué le rajeunissement par Tourisme Abitibi-Témiscamingue du site internet Accès plein air (www.accespleinair.org). Rendue publique à la fin juin, cette refonte permet aux amateurs de tourisme d’aventures de planifier leurs excursions en quelques clics et même, grâce à une application, de les suivre en temps réel.

«C’est un outil vraiment extraordinaire qui permet à votre région de se démarquer du reste du monde, a commenté la ministre. Nous songeons d’ailleurs à déposer une demande afin de pouvoir le présenter aux autres associations touristiques régionales du Québec.»

Financement bonifié

Malgré tout, les festivals et événements organisés dans les régions dites éloignées peinent à obtenir du financement auprès de partenaires privés. C’est pourquoi le ministère du Tourisme a bonifié son Programme d’aide financière aux festivals et événements.

«Les critères ont été revus pour favoriser la tenue d’événements à l’extérieur des grands centres et hors saison, a rappelé Mme Boulet. Pour les régions éloignées, le soutien a été majoré de 20 %. Nous avons donc accordé 488 000 $ cette année à 11 festivals et événements en Abitibi-Témiscamingue, soit trois événements de plus qu’en 2016. La somme représente aussi plus du double des 222 500 $ qui avaient été remis l’an dernier.»