Sections

Vivre Inven(taire) à vif


Publié le 8 juin 2018

La scène au centre permet de rapprocher le public et les artisans.

©Photo La Frontière/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

La création théâtrale participative Inven(taire) à vif, du metteur en scène Ricardo Lopez Muñoz, en collaboration avec des habitants du territoire de l’Abitibi-Témiscamingue, le Théâtre du Tandem et le Musée d’art, est arrivée à terme. Des artisanes se sont confiées sur leur expérience.

Hélène Bacquet, directrice artistique du Théâtre du Tandem et citoyenne participante, a particulièrement apprécié son expérience. «Je ne pensais pas m’investir comme participante, mais Ricardo m’y a invitée parce que je prenais part aux discussions. Le spectacle est fondé sur la question du rapport au territoire. Je suis immigrante et, petit à petit, j’ai apporté mon récit de vie. Ce que j’ai trouvé riche dans le processus était que tout le travail consistait à parler au je. Ça a l’air simple dit comme ça, mais c’est un exercice très révélateur», a-t-elle expliqué.

Cocréation

Rien n’avait été préparé par M. Lopez Muñoz avant son arrivée en région. L’œuvre a pris forme à travers les échanges entre les artisans et les participants. «Ce qui m’a bouleversée le plus, c’est de me reconnaître à travers le récit de tout le monde, mais pas nécessairement de la même façon», a confié Valérie Côté, comédienne.

«Ce qui me touche le plus, c’est la façon dont ces sept participants ont choisi d’aborder leur histoire, de la partager et d’en faire du théâtre. Comme artiste, c’est quelque chose que je trouve extrêmement nourrissant. La vie fait théâtre», a illustré Marie-Hélène Massy Emond, artiste multidisciplinaire.

Deux estrades ont été aménagées face à face, abattant ainsi le 4e mur et provoquant une rencontre particulière entre les publics et les participants. Après un premier bloc, les 7, 8 et 9 juin, les représentations se poursuivront les 26, 27, 28 et 29 septembre, puis les 3, 4, 5, et 6 octobre.