Sections

Un album de nouvelles chansons en devenir pour Jacques Michel


Publié le 28 mai 2018

Jacques Michel a repris la plume et prépare un nouvel album pour le printemps 2019.

©(Photo gracieuseté)

Depuis sa prestation au Festival des guitares du monde en Abitibi-Témiscamingue (FGMAT) en 2014, Jacques Michel a repris goût à la scène, puis ensuite à l'écriture. Si bien qu'un album avec de nouvelles chansons est en pleine production.

«Je termine présentement l'écriture de ces nouvelles chansons, affirme l'artiste, avec un sourire qui en dit long sur le plaisir qu'il a à les écrire. Ça fait 40 ans que je n'ai pas fait d'album avec de nouvelles chansons. Il devrait être prêt pour le printemps 2019.»
Se qualifiant de très perfectionniste, il tient à s'assurer que chaque chanson qui se retrouvera sur l'album livre le bon message, avec les bons mots, mais surtout qu'elle soit comprise par tout le monde. «J'ai toujours été méticuleux et je dirais que je le suis davantage avec l'âge. Puis comme cet album risque d'être le dernier, je veux qu'il soit impeccable», mentionne M. Michel.
Des cahiers d'écriture
On déduit donc que le processus d'écriture chez lui, bien que plaisant, est souvent long et fait de nombreuses réécritures. «Il y a une chanson sur l'album à venir que j'ai écrite très rapidement d'un seul coup. Mais c'est très rare pour moi. Elle a été aussi rapide à écrire que des chansons comme Vodka Cola ou Amène toi chez nous
Dans un cahier, Jacques Michel note toutes ses idées qui se résument parfois à un mot ou deux, des phrases et c'est en parcourant ces pages qu'il choisit celles qui deviendront ses prochaines chansons. «Avec le temps, j'ai aussi modifié mon écriture. Alors que j'écrivais toujours à la première personne, aujourd'hui lorsque je parle de quelqu'un d'autre, j'écris au 'je'. Puis de moi, j'utilise le 'tu', le 'vous'. J'aime créer une part de mystère dans mes chansons entre ce qui s'inspire de ma vie et de ce qui vient des autres.»
Un spectacle au FGMAT
Lorsque Jean Royal du FGMAT lui a demandé de participer au spectacle soulignant le 50e anniversaire du Cégep qui a eu lieu le 28 mai, Jacques Michel n'a pas hésité. Il a donc fait la route de l'Île d'Orléans jusqu'à Bellecombe où il y retrouve amis et famille avec bonheur, lui qui aime conduire. «J'ai prévu y faire trois chansons, peut-être quatre, dont deux nouvelles que je n'ai jamais fait en spectacle.»

«Ça fait 40 ans que je n'ai pas fait d'album avec de nouvelles chansons.»

-Jacques Michel

Il passait d'ailleurs du temps en compagnie des frères Marco et Yves Savard pour préparer ces deux nouvelles pièces. «Je l'ai joué et même sans public, j'adore ça. Certaines personnes me demandent comment j'ai pu arrêter de faire de la scène pendant 30 ans. Je réponds : j'ai fait autre chose. Puis il y a eu ce spectacle de trois chansons au Festival des guitares avec les frères Savard et j'ai eu la piqûre à nouveau. Je ne croyais pas réécrire à nouveau, puis à un moment, j'ai repris ma feuille quadrillée et j'ai écrit une première chanson», raconte Jacques Michel.

Le Prix du patriote 2018
Jacques Michel était aussi de passage dans la région afin de recevoir le Prix du patriote 2018 de la Société Nationale des Québécoises et Québécois de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec. Le prix est remis à chaque année à une personnalité politique, culturelle ou provenant des milieux communautaires résidant ou ayant résidé dans la région et qui s'est distinguée au niveau national ou international. Jacques Michel a qualifié la soirée «d'émouvante», alors que des membres de la SNQAT-NQ et des amis, comme Jean Royal du Festival des guitares lui ont rendu hommage lors d'allocutions. «Je suis un patriote dans l'âme. Ce prix est important à mes yeux, il vaut bien des Félix. Parce qu'il est remis par les gens d'ici et qu'il n’est attribué pas par des jeux de pouvoir, ni de coulisses. J'ai eu de la difficulté à faire mon allocution tant j'étais émotif.»