Sections

Le marathon de la photo de Mathieu Dupuis

Il réalise son rêve de travailler pour National Geographic


Publié le 11 avril 2018

Dans chacune de ses photos, Mathieu Dupuis a mis tout l'amour qu'il porte à la province du Québec et a rendu hommage à la beauté de ses paysages, comme celle-ci, prise à l'Île du Havre-Aubert.

©Mathieu Dupuis

Mathieu Dupuis a longtemps rêvé de travailler pour National Geographic. Le rêve est devenu réalité avec la parution du livre Québec. Une aventure qu'il lui a permis de parcourir la Belle Province et qu'il décrit comme un marathon de la photo.

Alors qu'il était cloué au lit par la maladie, le jeune Mathieu Dupuis s'évadait parmi les reportages et les photos des magazines National Geographic. C'est ainsi que ses rêves de faire de la photo et plus particulièrement pour le célèbre magazine sont nés.
Plusieurs années plus tard, la parution du livre Québec marque une étape importante dans la carrière déjà bien remplie du photographe de Rouyn-Noranda. «Disons qu'il y a beaucoup d'appelés et peu d'élus», fait remarquer Mathieu Dupuis.
Une signature National Geographic
Avec les années, le photographe a peaufiné son talent, si bien que la qualité de son travail, qui se rapproche de la signature visuelle qui fait la réputation du magazine, a été remarquée.
L'idée d'un livre sur le Québec a pris forme pendant qu'il réalisait des photos pour une série sur des villes nord-américaines. «On sentait que le sujet serait plus pertinent et que j'y serais plus connecté», mentionne-t-il.
De 3000 à 230 photos
La création du livre s'est faite dans un canevas bien précis, avec comme point de départ la table des matières, soit un itinéraire de voyage. Au total, 3000 photos ont été soumises. «Il a fallu évidemment faire une sélection comme il s'agit d'un livre de 272 pages avec une possibilité de 230 photos», précise Mathieu Dupuis.
Une sélection pas toujours évidente puisque le but du livre est avant tout de faire découvrir le Québec à une clientèle internationale. «C'est un sujet très large, donc impossible de tout montrer. Par exemple, juste pour l'Abitibi, j'aurais pu mettre 20 photos de plus pour résumer la région. Ç'a même été le sujet de mes deux précédents livres et j'ai encore assez de stock pour un troisième. Mais il fallait rester dans le propos, donc nous avons dû en disqualifier même si elles étaient plus fortes visuellement», raconte-t-il.
16 régions
Outre l'Abitibi-Témiscamingue, Mathieu Dupuis nous fait découvrir 16 régions du Québec à travers ses plus beaux paysages et aussi les gens qui les peuplent. Évidemment, certaines destinations ont marqué davantage le photographe.
«Les extrémités sont toujours celles qui impressionnent le plus. C'est certain que pour moi, de me retrouver sur la basse Côte-Nord, dans un petit village de pêcheurs isolés à Blanc-Sablon, c'est plus exotique. Ça me fait penser à l'Islande, quelques textures en moins. Mais en même temps, d'être dans le Grand Nord, le côté froid et aride, j'adore ça. Pourtant, je pourrais refaire le même périple et je découvrirais autre chose», expose-t-il.
Savourer le moment
Mathieu Dupuis ne cache pas qu'une certaine fébrilité l'a habité lorsqu'il a reçu chez lui la première boîte.
«C'est un projet surlequel je travaille à tous les jours depuis des mois, en fait des années. Je l'imaginais, je le voyais constamment. J'ai travaillé sur des prémaquettes, des vraies maquettes à changer des photos, des informations. Quand j'ai reçu la première boîte, j'admets que ça m'a pris quatre jours avant de me décider à l'ouvrir. J'avais comme une retenue. Je ne me sentais pas prêt à déballer le cadeau ni à dévoiler son contenu», relate-t-il.
Dans un premier temps, le livre est disponible pour le marché anglophone depuis le début avril puisqu'il s'adresse avant tout à une clientèle touristique. Mathieu Dupuis ne cache pas qu'il a hâte à sa sortie francophone, prévue pour le 1er mai.