Sections

Joël Champetier honoré pour son œuvre littéraire


Publié le 11 mai 2017

Joël Champetier lors d'une séance de dédicaces dans le kiosque de la maison d'édition Alire au Salon du livre de l'Abitibi-Témiscamingue de 2004, à Amos.

©TC Media - Archives

L'auteur Joël Champetier a reçu à titre posthume le prix Hommage visionnaire de la science-fiction et du fantastique québécois, le dimanche 7 mai, au Congrès Boréal 2017 à Québec.

Il devient le troisième récipiendaire de ce prix créé en 2013. Celui-ci vise à célébrer tous les deux ans les auteurs majeurs de la science-fiction et du fantastique québécois qui, depuis les 40 dernières années, ont su produire des œuvres d'ampleur et de qualité exceptionnelles. Un trophée réalisé par l'artiste montréalais Karl Dupéré-Richer a alors été dévoilé.

Joël Champetier
gracieuseté

«Pour la qualité et la diversité de son oeuvre — science-fiction, fantasy, fantastique —et son rayonnement chez nous via le cinéma et à l’étranger via la traduction, pour la diversité aussi des publics qu’il a su toucher, adultes et jeunes, et enfin pour son inlassable et généreuse activité de directeur littéraire, aussi bien auprès des auteurs québécois que des auteurs francophones hors Québec, Joël Champetier occupe une place d’une importance incontournable dans la littérature de genres en français», affirme Élisabeth Vonarburg, auteure et première lauréate du prix Hommage visionnaire.

Si la remise officielle du prix Hommage a eu lieu le 7 mai, il lui avait été offert et fut accepté peu avant son décès, lui qui a succombé à un cancer en mai 2015, à l'âge de 57 ans. Élisabeth Vonarbourg (2013) et Esther Rochon (2015) ont reçu le prix avant lui.

Impressionnante feuille de route

Né à La Corne et ayant résidé à Ville-Marie, au Témiscamingue, Joël Champetier a toujours conservé un attachement à sa région d'origine. Le Témiscamingue est d'ailleurs au cœur de son roman fantastique La mémoire du lac, paru en 1994.

Il a amorcé sa carrière d'écrivain en 1981, publiant huit romans pour adulte, sept romans jeunesse et de nombreuses nouvelles littéraires. Il a reçu une douzaine de prix, dont plusieurs prix Boréal, et honneurs. Son roman La peau blanche a été adapté pour le cinéma.

De plus, Joël Champetier a été le pilier de la revue littéraire Solaris, dont il a joint l'équipe en 1983 avant d'en devenir le directeur littéraire en 1990, puis coordonnateur et rédacteur en chef, de 1999 à son décès.