Sections

Investissements majeurs à la Fonderie Horne


Publié le 9 février 2018

En 2017, malgré le plus important arrêt général de ses 90 ans d’histoire, la Fonderie Horne a produit 218 290 tonnes d’anodes de cuivre, 711 000 tonnes de concentré de cuivre fondu et 110 127 tonnes de matériel recyclable fondu.

©Gracieuseté - Cyclopes/Fonderie Horne

Encore une fois, la Fonderie Horne sera le théâtre de plusieurs chantiers, alors que pour l’année 2018, les investissements planifiés par Glencore Canada totaliseront 68 M $.

«Depuis cinq ans, nous avons investi 286 M $ dans notre usine afin d’en améliorer les performances économiques et environnementales. Nous n’avons jamais connu une séquence d’investissements aussi importante par le passé. C’est la preuve que notre complexe demeure voué à un avenir prometteur», a assuré Stéphanie Lemieux, coordonnatrice aux communications et aux relations avec la communauté à la Fonderie Horne.

C’est la preuve que notre complexe demeure voué à un avenir prometteur

Stéphanie Lemieux

Deux arrêts

Parmi les principaux projets de 2018, le complexe métallurgique de Rouyn-Noranda fera l’objet de deux arrêts. C’est d’ailleurs le plus important projet, de l’ordre de 15 M $. La première phase, qui aura lieu en avril, consistera à interrompre les opérations au convertisseur Noranda, une des pièces maîtresses de la fonderie. «Nous allons y réaliser plusieurs travaux d’entretien, parmi lesquels le remplacement de la brique à l’intérieur du vaisseau et le remplacement de la hotte de captation des gaz», a précisé Mme Lemieux.

Pour sa part, l’arrêt général régulier aura lieu en octobre. De moindre envergure que celui de 2017, il verra quand même 800 à 900 travailleurs contractuels s’affairer sur le site au plus fort des chantiers, en plus des 600 employés réguliers de la Fonderie Horne. On procédera alors à des travaux sur le réacteur Noranda, l’usine d’acide sulfurique et l’allée des convertisseurs.

De l’air plus frais

Le convertisseur Noranda lors de sa construction en 1997.
Gracieuseté - Fonderie Horne

Parmi les projets spéciaux les plus importants, 8,5 M $ seront consacrés au remplacement du précipitateur électrostatique du convertisseur Noranda. Il s’agit d’un équipement qui, grâce à des champs électriques, permet de récupérer les métaux contenus dans les gaz afin de les retourner dans le procédé.

«Cet appareil est maintenant en fin de vie, a indiqué Stéphanie Lemieux. Nous allons donc construire une nouvelle unité. Non seulement l’amélioration de la performance de récupération qui va en découler représentera un gain économique, mais elle sera aussi bénéfique pour l’environnement.»

Dans la même veine, la Fonderie Horne investira 7,4 M $ dans la poursuite du plan de réduction de ses émissions atmosphériques en construisant un nouveau bâtiment d’entreposage dans le secteur de réception des concentrés miniers. Ce projet s’ajoute aux dômes, à la clôture brise-vents et à l’asphaltage qui ont été réalisés en 2017. «En parallèle, notre département de recherche et développement va plancher sur de nouvelles technologies pour réduire les émissions à la source dans nos procédés», a mentionné Mme Lemieux.

Une usine d’oxygène moins bruyante

Les travaux qui seront réalisés en 2018 à la Fonderie Horne visent à améliorer sa productivité, mais aussi son bilan environnemental.
Gracieuseté - Cyclopes/Fonderie Horne

Par ailleurs, les résidents du quartier Notre-Dame seront sans doute heureux d’apprendre que la Fonderie Horne investira 7,6 M $ dans la réfection de l’usine d’oxygène, dont les gaz sont essentiels au procédé de purification du cuivre. Vieille de 35 ans, celle-ci sera modernisée.

«En plus d’accroître sa productivité, nos travaux devraient réduire de manière significative le bruit dans le secteur puisque les valves d’inversion, qui émettent actuellement un bruit aux huit minutes, seront remplacées», a fait savoir Stéphanie Lemieux.

Enfin, la Fonderie Horne consacrera 3,9 M $ à l’achat d’équipements pour améliorer son bilan des métaux. Il s’agit d’une étape qui permet de déterminer la proportion de chaque métal contenu dans le matériel reçu à l’usine.

La Fonderie Horne en 2017

* 601 employés
* 105 nouvelles embauches
* Plus de 76 M $ en masse salariale
* 218 290 tonnes d’anodes de cuivre
* 711 000 tonnes de concentré de cuivre fondu
* 110 127 tonnes de matériel recyclable fondu
* 70 M $ en investissements
* 182 M $ en achats de biens et services (52 % en région)
* 495 000 $ en dons et commandites