L’art de saisir les opportunités

Usinage Laquerre et fils

Thierry de Noncourt thierry.denoncourt@tc.tc
Publié le 17 août 2016

Stéphan Laquerre a choisi de maintenir son entreprise à Rouyn-Noranda et de contribuer ainsi à la prospérité de la région. Sur la photo, il est accompagné de Jean Langevin de Desjardins.

©TC Media - Thierry de Noncourt

Le monde entrepreneurial en est un d’aventures, de défis et d’opportunités à saisir. Parlez-en à Guylain et Stéphan Laquerre, d’Usinage Laquerre et fils, qui ont su saisir les bonnes occasions et prendre des décisions stratégiques au moment opportun.

Stéphan Laquerre, président et fils du fondateur, Guylain Laquerre, s’est adressé à un parterre de gens d’affaires, à l’occasion de la tournée Capital croissance PME (CCPME) de Desjardins. Il a entretenu l’assemblée sur le cheminement et la croissance de son entreprise. L’activité se déroulait au Centre des congrès de Rouyn-Noranda, le 17 août.

Innovateur

« Mon père était un innovateur et en 1996, nous avons parti une petite machine shop avec quatre employés.  En 2001, après le rachat de Bradley Manufacture par Boart Longyear (qui a rapatrié les opérations à North Bay), il y avait plein de main-d’œuvre compétente sur le marché. Ça nous a donné une opportunité d’affaires et nous l’avons saisie. En 2004, nous avons commencé dans le matériel pour le forage et les mines », a confié Stéphan Laquerre.

Entre 1996 et 2005, l’entreprise, qui compte maintenant 23 employés, a augmenté la superficie de son usine à deux reprises, passant de 1 200 à 14 000 pieds carrés.

« Aujourd’hui, on dirait qu’on manque encore un peu d’espace », a ajouté M. Laquerre. Avant 2007, l’entreprise offrait un service de réparation et de remplacement de certaines pièces, mais après cette date, elle a commencé à offrir une gamme complète de produits pour le forage. Aujourd’hui, Usinage Laquerre et fils exporte ses produits un peu partout à travers le monde et c’est ce qui lui permet de prospérer, même en période de ralentissement.

Conserver l’entreprise familiale en région

L’arrivé de l’âge de la retraite de Guylain Laquerre  a forcé le père et le fils à réfléchir à la vente de la compagnie. Ils ont songé à vendre à l’extérieur du Québec, mais ils ont préféré vendre une partie des parts à leurs employés pour permettre à l’entreprise de demeurer à Rouyn-Noranda. C’est à ce moment qu’est intervenu CCPME qui a accepté de plonger dans l’aventure avec son capital de risque. Aujourd’hui l’entreprise est détenue à trois parts égales par ses employés, son président Stéphan Laquerre et CCPME.

Plus d’une quinzaine d’entreprises ont bénéficié du capital de risque de CCPME en Abitibi-Témiscamingue.