Des marraines pour accompagner les victimes de cancer du sein

Au Sein des femmes célèbre son 1er anniversaire

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc
Publié le 27 mai 2015

Selon Annie Duclos et Lucie Rioux, les femmes vivant ou ayant vécu un cancer du sein, tout comme celles qui redoutent cette maladie, éprouvent un besoin criant d’en discuter avec d’autres femmes.

©Photo TC Media - Patrick Rodrigue

Du marrainage pourrait être offert sous peu aux femmes qui combattent un cancer du sein. Celui-ci serait assuré par d’autres femmes qui ont traversé cette difficile épreuve.

Un an après avoir vu le jour à Rouyn-Noranda, à l’initiative de Lucie Rioux et de sa fille, Annie Duclos, le groupe de soutien Au Sein des femmes vise déjà grand.

Je trouve ça vraiment intéressant de pouvoir échanger avec des femmes qui vivent la même situation que moi. C’est la meilleure des thérapies Lucie Rioux

«J’ai combattu deux cancers du sein et chaque fois, Annie m’a accompagnée dans mes traitements. À titre de proche aidante, mais aussi en tant que personne à risque. Durant ces épreuves, on a constaté qu’il n’y avait à peu près pas de ressources de soutien et d’accompagnement en Abitibi-Témiscamingue spécifiquement dédiées aux femmes atteintes d’un cancer du sein», a raconté Mme Rioux.

Comme la maladie touche de plus en plus de femmes et que les victimes sont sans cesse plus jeunes, les deux femmes ont entrepris des démarches dans le but de leur apporter du soutien. «On a commencé par bâtir un questionnaire pour voir s’il y avait vraiment un besoin à combler, a mentionné Mme Duclos. On en a envoyé 200 et on a reçu environ 70 réponses.»

Un an déjà

Avec l’aide d’une organisatrice communautaire du CLSC, le tandem a mis en place ce qui allait devenir, le 3 février 2014, l’association Au Sein des femmes. L’assemblée de fondation a eu lieu le 11 juin suivant.

«Nous avons débuté par des cafés-rencontres, tantôt sur des thèmes dirigés, tantôt à caractère libre. Nous voulions un endroit où les femmes pourraient parler entre elles de cancer du sein et de ce qu’elles vivent. La Société canadienne du cancer offre de tels échanges, mais ceux-ci sont mixtes et concernent tous les types de cancer», a expliqué Lucie Rioux.

Grâce à une collaboration bénévole de Vertvert PC, l’association a aussi produit un dépliant d’information qui a été distribué à tous les médecins et les pharmaciens de Rouyn-Noranda afin qu’ils puissent en parler à leurs patients. Le groupe s’est aussi adressé à la communauté anglophone de Rouyn-Noranda, par le biais de la Neighbours Association. «On ne veut mettre personne de côté», a insisté Mme Rioux.

Marrainage

La prochaine réalisation d’Au Sein des femmes consistera en l’implantation d’un programme de marrainage. «Ce seront des femmes qui ont vécu un cancer du sein et qui vont accompagner d’autres femmes qui en combattent un en ce moment», a précisé Lucie Rioux.

L’association en est à l’étape de la définition du programme. «Nous avons à nouveau interpellé les femmes pour voir la forme que ça prendra: accompagnement lors des traitements, rencontres hebdomadaires ou quotidiennes autour d’un café, ligne téléphonique, etc. On veut s’assurer de faire les meilleurs jumelages. Et les marraines recevraient aussi une formation», a détaillé Annie Duclos.

Appel à toutes

Les femmes de Rouyn-Noranda, qu’elles aient ou non un cancer du sein, sont invitées à assister à l’assemblée générale annuelle de l’organisme. Celle-ci aura lieu le 3 juin à 19h au CLSC. Elle sera assortie d’une conférence donnée par une femme qui a subi une double mastectomie préventive.

«Même si nous sommes les mères de cette association, je trouve ça vraiment intéressant de pouvoir échanger avec des femmes qui vivent la même situation que moi. C’est la meilleure des thérapies», a mis en relief Mme Rioux.

Le nerf de la guerre

À l’heure actuelle, faute de financement public, Au Sein des femmes ne dispose pas d’un bureau ou d’un lieu d’échanges. Les rencontres ont lieu au CLSC de Rouyn-Noranda. L’association est donc à la recherche de financement.

«Nous avons obtenu de Goldcorp un petit montant qui nous a aidées pour le démarrage et on espère que la société minière poursuivra sa contribution, mais nous sommes ouverts à toutes les collaborations. Les gens peuvent aussi devenir membres en versant une cotisation annuelle de 10 $. L’argent servira à financer un bureau ainsi que des conférences d’experts d’ici et d’ailleurs», a expliqué Annie Duclos.

Au Sein des femmes Rouyn-Noranda possède sa page Facebook. On peut aussi joindre l’association par courriel au auseindesfemmes@hotmail.com et par téléphone au 819-764-5896 (Lucie Rioux) ou au 819-760-2828 (Annie Duclos).

Objectifs d’Au Sein des femmes

- Offrir aux femmes atteintes de cancer un lieu d’écoute et d’échange

- Fournir aux femmes de l’information visant à améliorer leur santé

- Renseigner les femmes sur les meilleurs outils de prévention

- Organiser des conférences avec des personnes ressources pertinentes

- Accompagner les proches en leur donnant l’occasion de s’informer et de s’entraider