Le Rouynorandien Marc-André Élément entraîneur de l’année


Publié le 20 mars 2017

Le Rouynorandien Marc-André Élement a été nommé entraîneur de l'année du circuit Ontario University Athletics (OUA).

©gracieuseté/Carleton University – Marc Lafleur

Entraîneur des Stingers de Concordia au niveau universitaire, le Rouynorandien Marc-André Élément a été désigné entraîneur de l’année de l’Ontario University Athletics.

«C’est un très un bel honneur. Je ne m’en attendais pas parce qu’il y a beaucoup de bons candidats dans la ligue. Ce qui me fait chaud au cœur, c’est que c’est une nomination qui est votée par les autres entraîneurs», a-t-il souligné.

Il a conduit les Stingers de Concordia à une fiche de 19 victoires, 7 défaites et deux matchs nuls. La dernière fois que l’université avait remporté autant de matchs, c’était lors de la saison 1982-1983. Son équipe a aussi remporté sa première série depuis 2001.

«On a travaillé fort sur notre programme et la culture de notre équipe. On a aussi effectué un bon recrutement notamment en attirant un gars comme Anthony Beauregard qui a joué pour les Foreurs. On cherche les meilleurs joueurs, mais aussi de bonnes personnes», a-t-il expliqué.

C’est un très un bel honneur. Je ne m’en attendais pas parce qu’il y a beaucoup de bons candidats dans la ligue. Ce qui me fait chaud au cœur, c’est que c’est une nomination qui est votée par les autres entraîneurs Marc-André Élement

De joueur à entraîneur

Marc-André Élement a disputé cinq saisons comme joueur pour les Stingers. Il a été capitaine de l’équipe. Après sa dernière saison en 2010-2011, il est devenu entraîneur adjoint avec l’équipe. «La transition s’est bien faite. J’avais été capitaine lors des deux saisons précédentes et les gars me respectaient. J’avais encore beaucoup d’amis dans l’équipe, mais on savait quand il était temps de travailler et quand il était temps de s’amuser.»

Il a aussi été entraîneur adjoint à Bruce Richardson avec les Grenadiers de Châteauguay. L’équipe s’était inclinée en finale de la Telus Cup.

Grâce aux Forestiers d’Amos

Pour le Rouynorandien, les Forestiers d’Amos ont été un passage important. «Sans eux, je ne serai pas où je suis aujourd’hui. À l’époque, Serge Trépanier m’avait aidé à entrer à l’université Concordia comme joueur. Je lui dois beaucoup», a-t-il confié.

«J’ai toujours été passionné par le coaching. J’ai eu de bons entraîneurs dans mon hockey mineur. Je regardais les plans de match et j’ai toujours été passionné par l’enseignement», a-t-il ajouté.

Une mentalité qui change

Le circuit universitaire attire de plus en plus d’anciens joueurs de la LHJMQ et des autres ligues canadiennes. «Les joueurs le réalisent. Même les équipes professionnelles portent un peu plus d’attention. Ça leur permet de devenir plus mature dans leur game et d’obtenir un diplôme. C’est une belle option», a soutenu Marc-André Élement.