La malchance de Philippe Myers

Une commotion cérébrale a mis fin à son Championnat mondial junior

Jean-François Vachon jean-francois.vachon@tc.tc
Publié le 10 janvier 2017

Philippe Myers était un des défenseurs les plus utilisés d’Équipe Canada junior avant de subir une commotion cérébrale.

©Matthew Murnaghan/Hockey Canada Images

Le défenseur des Huskies Philippe Myers était en train de démontrer à quel point il était dominant lorsqu’une mise en échec du capitaine des États-Unis Luke Kunin a mis fin à son Championnat mondial junior.

«Je l’ai vu, mais il était plus loin que je ne le pensais. J’ai remis la rondelle derrière moi et je me concentrais là-dessus. Alors je n’ai pas vu venir sa mise en échec», a raconté Philippe Myers.

Cette blessure l’a empêché de disputer les matchs de la ronde des médailles. «C’est décevant parce que je voulais aider mon équipe. Je sais que les gars ont tout fait pour remporter la médaille d’or. Ils ont joué un très bon match, mais la fin est amère», a indiqué le médaillé d’argent.

L’Acadien a ainsi vécu un peu la même chose que lors de la finale de la Coupe Memorial. Il s’était blessé lors de ce match et avait terminé la rencontre sur le banc à encourager ses coéquipiers. «C’est un peu le même scénario. J’aurais aimé aider mon équipe, mais il n’y a rien que tu peux faire», a-t-il mentionné.

Reconnu à sa valeur

Le défenseur des Huskies a toutefois connu un bon tournoi avant sa blessure étant le deuxième défenseur le plus utilisé. «Individuellement, j’ai connu un très bon tournoi. J’étais heureux du rôle et du temps de glace que j’avais. Les choses ont bien été.»

C’est décevant parce que je voulais aider mon équipe. Je sais que les gars ont tout fait pour remporter la médaille d’or. Ils ont joué un très bon match, mais la fin est amère Philippe Myers

Philippe Myers a aussi apprécié chaque moment. «C’était incroyable. J’avais des frissons chaque fois que j’embarquais sur la glace. Je n’oublierai jamais ces moments», a-t-il souligné.

Les médias nationaux ont aussi beaucoup parlé de lui. «J’en retire beaucoup de fierté. J’ai montré ce que j’étais capable de faire», a-t-il commenté.

Un aller-retour à Philadelphie?

Au moment d’écrire ces lignes, dimanche, Philippe Myers éprouvait encore des symptômes de commotion. «Si j’ai encore des symptômes, il est possible que j’aille à Philadelphie», a-t-il mentionné.

La pause accordée par Gilles Bouchard fera beaucoup de bien. «Avec mon opération à la hanche cet été, le début de saison, l’horaire d’Équipe Canada, ça va me faire du bien de me reposer», a-t-il soutenu.

«Je vais revenir à Rouyn-Noranda avec une nouvelle confiance et prêt pour gagner la Coupe du Président», a-t-il ajouté.