Sections

Allégations d’attouchement et de harcèlement sexuel au Cégep: aucune accusation déposée contre René Bellemarre


Publié le 7 août 2017

Selon Radio-Canada, aucun dossier n’a été transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales par la Sûreté du Québec concernant les allégations d’attouchements et de harcèlement sexuel qu’aurait commis René Bellemarre envers trois ex-étudiantes du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, alors qu’il occupait les fonctions de superviseur de stage.

©TC Media - Archives

Neuf mois après le reportage de Radio-Canada au sujet d’allégations de trois ex-étudiantes d’attouchement et de harcèlement sexuel concernant René Bellemarre, aucune plainte n’a été déposée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), selon le même média.

Les allégations des étudiantes avaient cependant mené à une suspension de six mois de René Bellemarre au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue. À l’époque, il était un superviseur de stage en soins infirmiers pour l’établissement. À la suite de sa suspension, il avait quitté son emploi.

Dans le reportage, une des étudiantes s’était confiée à Radio-Canada. «Il nous taponnait, il nous touchait les cuisses, il était toujours près, il nous flattait le dos, il nous flattait le cou. Il faisait toujours des blagues avec des références au sexe et il nous incluait dans celles-ci.»

Enquête toujours en cours?

Une des trois ex-étudiantes avait avisé la Sûreté du Québec en août 2016 de l’enquête interne que le Cégep avait réalisée au sujet des allégations.

Rejointe à ce sujet, la Sûreté du Québec n’a pu indiquer si l’enquête était toujours en cours ou si elle avait été fermée. De son côté, le DPCP, selon Radio-Canada, n’aurait reçu aucun dossier du corps policier concernant ses allégations.

Rappelons que le Lasarrois avait été accusé le 11 juillet 2016 dans deux dossiers d’agression sexuelle n’ayant aucun lien avec les plaintes des étudiantes du Cégep. Dans le premier des deux dossiers, il a été acquitté le 5 mai dernier.

Il doit revenir devant la justice le 17 octobre pour la suite des procédures dans le second dossier d’agression sexuelle.