Sections

Un morceau de lime endodontique oublié dans sa dent


Publié le 4 août 2017

Un morceau d’une lime endodontique a été retrouvé dans le canal d’une des dents de Céline Caouette.

©gracieuseté – Depositphotos.com/Bigguns

Une Rouynorandienne a poursuivi la clinique dentaire Aline Roy inc. pour plus de 14 000 $ parce que cette dernière ne l’avait pas informée qu’un morceau de lime endodontique se trouvait dans sa dent.

Céline Caouette indiquait dans sa déclaration que ce serait la chirurgienne-dentiste Aline Roy qui aurait oublié ce morceau de lime lors d’un traitement de canal. De son côté, Aline Roy assurait, en s’appuyant sur son registre comptable, n’avoir jamais effectué ce traitement pour cette patiente.

Mme Caouette reprochait également à Aline Roy de ne pas l’avoir informée, à la suite d’un examen complet le 24 avril 2014, qu’il y avait un morceau de lime endodontique dans le canal d’une de ses dents.

La dentiste assure, pour sa part, avoir informé sa patiente qu’un morceau de lime se retrouvait dans sa dent. Cependant, le Tribunal note que le dossier médical de Mme Caouette ne porte aucune mention de la présence d’une lime endodontique et que le rapport d’expert soumis non plus.

Un traitement de canal recommandé

À la suite de l’examen complet de 2014, Céline Caouette soutient que le traitement de canal recommandé par la dentiste l’était surtout en raison de la présence de douleur. Ainsi, vu la disparition de la douleur, la plaignante annule ses trois rendez-vous.

Ce n’est finalement qu’en mars 2016, à la suite d’une douleur importante et d’une infection, qu’elle se rend chez un chirurgien-dentiste d’Ottawa, alors qu’elle est en visite chez des amis, qu’elle apprend la présence d’un morceau de lime endodontique dans son canal de dent.

L’expert de la défense Dr Rodier St-Louis et Aline Roy soutiennent que la demanderesse était informée de la nécessité d’un traitement de canal après son examen. «Le Tribunal conclut que Mme Caouette contribue au préjudice subi en refusant de suivre les recommandations et les conseils de Dre Roy de procéder au traitement de canal en 2014. Mme Caouette prend un risque en annulant les rendez-vous pour ce traitement et elle ne peut reprocher quoi que ce soit à Dre Roy, qui agit en chirurgienne-dentiste prudente et diligente en proposant un traitement qu’elle refuse», écrit le juge Henri Richard.

Blâme des deux côtés

Dans sa décision, le juge Pierre Cliche a écarté le fait que Dre Roy ait pu être celle qui a laissé le morceau de lime dans le canal de la patiente, indiquant que, dans le présent dossier, il n’était pas déterminant de décider si Dre Roy avait procédé à ce traitement de canal, et si, lors de ce traitement, elle avait laissé un morceau d’une lime endodontique dans le canal d’une dent.

Par ailleurs, il a donné raison à Mme Caouette quant au fait que Dre Roy ne l’ait pas avertie de la présence du morceau de lime lors de son examen. «Ce n’est qu’au procès que Dre Roy témoigne avoir informé Mme Caouette de la présence du morceau de lime. Or, le Tribunal accorde foi à la version de Mme Caouette puisqu’il est invraisemblable que si elle avait été avisée, elle n’aurait pas procédé à des traitements ultérieurs pour enlever ce morceau de lime», note le juge Henri Richard.

Le juge a donc soutenu que les deux parties étaient responsables. «En résumé, puisque Dre Roy n’exécute pas son obligation d’informer Mme Caouette de la présence d’un morceau de lime endodontique dans le canal de ses dents et que, par ailleurs, Mme Caouette annule les rendez-vous de traitement de canal proposé, le Tribunal conclut que les parties sont responsables, en parts égales, du préjudice subi et des dommages qui en découlent», écrit-il dans sa décision.

Aline Roy Dentiste inc. a été condamnée à payer une somme d’environ 6500 $ à la partie demanderesse.