Quatre poursuites en moins de cinq ans contre des chirurgiens du CHRN

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 20 janvier 2016

Depuis septembre 2011, quatre poursuites ont été déposées contre des chirurgiens du Centre hospitalier de Rouyn-Noranda. Deux sont toujours actives, une s’est réglée hors cour, tandis que dans le cas de la quatrième, la plainte a été retirée.

©Photo TC Media - Archives

La poursuite récemment déposée par la famille d’Emanuelle Corbeil-Châtillon contre les Drs Alexandre Viau et Guy Faribault est devenue la quatrième en moins de cinq ans contre des chirurgiens du Centre hospitalier de Rouyn-Noranda (CHRN).

En septembre 2011, Jacques Gélinas et sa famille avaient intenté un recours de 380 000 $ contre le Dr Bechara Baz et la Dre Sophie St-Marseille pour des complications liées à une intervention pour une infection de la vésicule biliaire. Le tout s’était finalement réglé hors cour, le 15 mai 2014.

Les événements avaient débuté le 14 novembre 2008. M. Gélinas, âgé de 64 ans, avait alors été opéré pour une infection de la vésicule biliaire. Après l’opération, il s’était plaint de douleurs abdominales et était demeuré hospitalisé. Le 18 novembre, le Dr Baz lui a prescrit un scan, lequel a révélé la présence de bile dans l’abdomen du patient. Le lendemain, le chirurgien avait procédé au drainage de ce liquide.

Or, le 20 novembre, Jacques Gélinas avait dû être transféré à Montréal, où les médecins lui ont diagnostiqué un choc septique. Il y est demeuré hospitalisé jusqu’au 19 janvier 2009, un séjour durant lequel il avait subi plusieurs complications.

Même médecin, même organe

La deuxième poursuite avait été déposée en mars 2012 par France Brassard, là aussi contre le Dr Bechara Baz. La plaignante réclamait 115 800 $ pour des complications survenues à la suite d’une ablation de la vésicule biliaire. Le 14 août 2014, Mme Brassard a cependant retiré sa plainte.

L’opération avait eu lieu le 25 mars 2009. Le 3 avril, la plaignante était cependant retournée au CHRN à cause de douleurs persistantes. Le Dr Baz avait alors retiré plus de 2,5 litres de bile de son abdomen. Son état ne s’améliorant pas, la patiente avait été transférée à Montréal, le 13 avril, où un examen a révélé des complications consécutives à l’intervention initiale. Le 25 juin, France Brassard avait subi une troisième chirurgie, laquelle avait nécessité une convalescence jusqu’en décembre.

Opération au mauvais organe

Le dernier cas, toujours actif, oppose depuis décembre 2013 Michel Chrétien au Dr Imad Aad. Il lui réclame 963 000 $ pour une chirurgie prétendument bâclée.

Les événements remontent au 7 août 2011. M. Chrétien devait alors être opéré pour une infection à la vésicule biliaire. L’inflammation aurait cependant été si aiguë qu’elle empêchait le Dr Aad de voir et disséquer l’organe. Il aurait alors convenu de retirer la vésicule biliaire avec une partie des organes qui l’entouraient.

Le 19 août, M. Chrétien était retourné à l’urgence du CHRN pour des douleurs à l’abdomen. Un examen a révélé que la vésicule biliaire, qui aurait dû être retirée, était encore en place. Le patient a été transféré à Amos, le lendemain, où il a reçu un diagnostic d’infection de plaie. Il a de nouveau été opéré le jour même.

Une enquête du Syndic du Collège des médecins a conclu que l’opération effectuée par le Dr Imad Aad n’avait pas été réalisée «selon les règles de l’art». Le dossier n’a pas été transféré au Conseil de discipline du Collège des médecins, mais le Dr Aad a cependant dû suivre un stage de formation. Par ailleurs, la requête ne précise pas quelle partie d’organe avait été retirée par le chirurgien, le 19 août 2011.

Lisez aussi:

Poursuite de 689 500 $ contre deux médecins de Rouyn-Noranda

En manchette

Quatre poursuites en moins de cinq ans contre des chirurgiens du CHRN

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 20 janvier 2016

Depuis septembre 2011, quatre poursuites ont été déposées contre des chirurgiens du Centre hospitalier de Rouyn-Noranda. Deux sont toujours actives, une s’est réglée hors cour, tandis que dans le cas de la quatrième, la plainte a été retirée.

©Photo TC Media - Archives


La poursuite récemment déposée par la famille d’Emanuelle Corbeil-Châtillon contre les Drs Alexandre Viau et Guy Faribault est devenue la quatrième en moins de cinq ans contre des chirurgiens du Centre hospitalier de Rouyn-Noranda (CHRN).

En septembre 2011, Jacques Gélinas et sa famille avaient intenté un recours de 380 000 $ contre le Dr Bechara Baz et la Dre Sophie St-Marseille pour des complications liées à une intervention pour une infection de la vésicule biliaire. Le tout s’était finalement réglé hors cour, le 15 mai 2014.

Les événements avaient débuté le 14 novembre 2008. M. Gélinas, âgé de 64 ans, avait alors été opéré pour une infection de la vésicule biliaire. Après l’opération, il s’était plaint de douleurs abdominales et était demeuré hospitalisé. Le 18 novembre, le Dr Baz lui a prescrit un scan, lequel a révélé la présence de bile dans l’abdomen du patient. Le lendemain, le chirurgien avait procédé au drainage de ce liquide.

Or, le 20 novembre, Jacques Gélinas avait dû être transféré à Montréal, où les médecins lui ont diagnostiqué un choc septique. Il y est demeuré hospitalisé jusqu’au 19 janvier 2009, un séjour durant lequel il avait subi plusieurs complications.

Même médecin, même organe

La deuxième poursuite avait été déposée en mars 2012 par France Brassard, là aussi contre le Dr Bechara Baz. La plaignante réclamait 115 800 $ pour des complications survenues à la suite d’une ablation de la vésicule biliaire. Le 14 août 2014, Mme Brassard a cependant retiré sa plainte.

L’opération avait eu lieu le 25 mars 2009. Le 3 avril, la plaignante était cependant retournée au CHRN à cause de douleurs persistantes. Le Dr Baz avait alors retiré plus de 2,5 litres de bile de son abdomen. Son état ne s’améliorant pas, la patiente avait été transférée à Montréal, le 13 avril, où un examen a révélé des complications consécutives à l’intervention initiale. Le 25 juin, France Brassard avait subi une troisième chirurgie, laquelle avait nécessité une convalescence jusqu’en décembre.

Opération au mauvais organe

Le dernier cas, toujours actif, oppose depuis décembre 2013 Michel Chrétien au Dr Imad Aad. Il lui réclame 963 000 $ pour une chirurgie prétendument bâclée.

Les événements remontent au 7 août 2011. M. Chrétien devait alors être opéré pour une infection à la vésicule biliaire. L’inflammation aurait cependant été si aiguë qu’elle empêchait le Dr Aad de voir et disséquer l’organe. Il aurait alors convenu de retirer la vésicule biliaire avec une partie des organes qui l’entouraient.

Le 19 août, M. Chrétien était retourné à l’urgence du CHRN pour des douleurs à l’abdomen. Un examen a révélé que la vésicule biliaire, qui aurait dû être retirée, était encore en place. Le patient a été transféré à Amos, le lendemain, où il a reçu un diagnostic d’infection de plaie. Il a de nouveau été opéré le jour même.

Une enquête du Syndic du Collège des médecins a conclu que l’opération effectuée par le Dr Imad Aad n’avait pas été réalisée «selon les règles de l’art». Le dossier n’a pas été transféré au Conseil de discipline du Collège des médecins, mais le Dr Aad a cependant dû suivre un stage de formation. Par ailleurs, la requête ne précise pas quelle partie d’organe avait été retirée par le chirurgien, le 19 août 2011.

Lisez aussi:

Poursuite de 689 500 $ contre deux médecins de Rouyn-Noranda