Sections

«J'ai été ému de toutes sortes de façons ce soir»

Pierre Tremblay lauréat du Prix Thérèse-Pagé


Publié le 30 septembre 2017

Publié le 30 septembre 2017

Pierre Tremblay reçoit le Prix Thérèse-Pagé, qui représente la flamme de l’inspiration, une création de l’ébéniste Denis Louis-Seize, des mains de soeur Thérèse Gaulin, des Soeurs de l’Assomption de la Sainte-Vierge, en compagnie de Pierre Laliberté, président de la Commission des arts et de la culture de la Ville d'Amos.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Pierre Tremblay s'est vu remettre une gerbe de fleurs par sa petite-fille Sophie.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Le maire Sébastien D'Astous a rappelé toute l'importance qu'accorde la Ville d'Amos à la culture, en plus de féliciter le lauréat au nom du conseil municipal.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Pierre Laliberté, président de la Commission des arts et de la culture de la Ville d'Amos, a présenté le lauréat.

Photos par TC Média - Martin Guindon

«Ce sera une cathédrale est une œuvre inoubliable qui nous a fait découvrir un Pierre Tremblay qui vit ses rêves, plutôt que de rêver sa vie. C'est un homme profondément croyant que sa foi fait vibrer», a notamment déclaré son bon ami Rémi Bélanger.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Camille Deshaies, petite-fille de Pierre Tremblay, a interprété au violon la pièce Adoration, de Felix Borowski, que l'on pouvait entendre dans Ce sera une cathédrale.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Paul Ouellet a rendu hommage au poète, notamment en lisant deux ses poèmes.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Véronique Filion et Bruno Turcotte ont joué un extrait de La folle odyssée de Bernadette. Pierre Tremblay a louangé le texte écrit par Véronique et le travail de Bruno, «qui a donné toute la démesure que je souhaitais à l'acte fondateur de l'Abitibi que constitue l'odyssée des Turcotte.».

Photos par TC Média - Martin Guindon

Lynda Poulin et Ève D'Arcy ont interprété une chanson de La folle odyssée de Bernadette.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Michel Lord a interprété un medley des certaines des pièces qu'il a composées pour La folle odyssée de Bernadette.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Lynda Poulin a interprété l'Ave Maria de Caccini, son préféré.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Yoland Nadon a accompagné Lynda Poulin pendant son interprétation de l'Ave Maria.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Alain Coulombe, responsable du Théâtre des Eskers, a agi comme maître de cérémonie.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Le pianiste Charles Duguay a assuré l'ambiance musicale avant et après la cérémonie de la remise du Prix reconnaissance Thérèse-Pagé.

Photos par TC Média - Martin Guindon

Les témoignages et numéros artistiques visant à lui rendre hommage auront soutiré larmes et rires à Pierre Tremblay, lors de la 19e remise du Prix reconnaissance Thérèse-Pagé, le vendredi 29 septembre à Amos.

Son bon ami Rémi Bélanger, retraité comme lui de l'éducation, a mis la table en présentant les différentes facettes du lauréat avec humour. Il a su mettre en valeur son humilité, son humour et sa détermination ainsi que sa grande rigueur intellectuelle, notamment dans ses recherches historiques, sa foi et son fort attachement à son Abitibi d'adoption.

Ce 29 septembre 2017 aura soulevé un tsunami de belles émotions et de sentiments très profonds. Je vous remercie tout le monde

Pierre Tremblay

Il a notamment rappelé son rôle dans la sauvegarde de la Maison Hector-Authier au début des années 2000. «Grâce au leadership de Pierre Tremblay, qui a mis sur pied un comité citoyen de sauvegarde, puis la Société du patrimoine Harricana, la maison du père de l'Abitibi a résisté à la tempête. Cet épineux dossier nous a fait connaître une autre facette de sa personnalité: une âme de poète, mais un cœur de lion», a-t-il notamment énoncé.

Des mots et des émotions

Un autre ami, l'artiste multidisciplinaire Paul Ouellet, récipiendaire du Prix Thérèse-Pagé en 2001, a exposé le poète (nom de plume Pierre de Lune). Il a témoigné de sa poésie par ses mots à lui, en lisant deux de ses poèmes, l'un portant sur Amos et l'autre, sur les fous de l'esker en lien avec le déplacement du bloc erratique dans le cadre du Symposium international en arts visuels en 1997.

Présent en vidéo, les comédiens Étienne Jacques et Mélanie Nadeau, ont rendu hommage à l'homme derrière les productions La folle odyssée de Bernadette, Ce sera une cathédrale et Le chemin de Geneviève. «Pierre, tu es un homme de cœur, talentueux, rigoureux (très rigoureux, a renchéri Étienne) qui m'a donné des bons trucs. Je suis contente d'avoir fait ce que j'ai fait avec toi», a souligné Mélanie.

L'émotion était aussi rendez-vous lors des différentes manifestations artistiques présentées au cours de la soirée. Sa petite fille Camille Deshaies a interprété Adoration au violon et Lynda Poulin a chanté l'Ave Maria de Caccini, mais le moment fort fut sans contredit celui des extraits de La folle odyssée, avec les musiques de Michel Lord, le chant de Lynda Poulin et Ève D'Arcy, le jeu de Véronique Filion (qui en est aussi l'auteure) et Bruno Turcotte ainsi que la Chorale St-Viateur.

Un lauréat reconnaissant

«J'ai été ému de toutes sortes de façons, ce soir. J'ai ri, j'ai pleuré. Tout ce qu'on a présenté de La folle odyssée m'a fait pleurer», a notamment déclaré Pierre Tremblay en recevant son prix, remerciant tous ceux qui ont participé à cette soirée ainsi que sa fille Sylvie, «la fée qui m'a accompagné dans toutes mes réalisations et qui a fait passer mes rêves à la réalité».

Pierre Tremblay est revenu sur l'aventure de la Maison Hector-Authier, rappelant sa déception à l'endroit de la Ville qui n'avait pas acquis tout le site incluant l'ancienne agence des terres et des mines. Il a ensuite fait amende honorable, avant de se lancer dans un plaidoyer demandant à la Ville de continuer d'investir dans les trois bâtiments patrimoniaux qui portent selon lui l'histoire de l'Abitibi: la Maison Hector-Authier, le Vieux-Palais et la cathédrale.

Il a abordé ensuite chacune de ses réalisations, saluant au passage les différents artisans qui leur ont donné vie avec lui, leur exprimant une grande reconnaissance.

 

Le Prix Coup de cœur au Pow-Wow

Le 4e Prix Coup de cœur, remis à un événement culturel, a été remis au Conseil de la Première Nation Abitibiwinni pour son 5e Pow-Wow. La FÉE de l'Abitibi-Témiscamingue et le Labyrinthe des insectes étaient aussi en lice pour cet honneur.

«C'est tout un honneur de recevoir ce prix. Je veux remercier le comité. C'est un prix qu'on accepte pour tout le travail que ça peut représenter de faire le Pow-Wow à Pikogan. C'était la 5e édition et c'est de retour après plus de 30 ans. Nous sommes de jeunes adultes qui ont voulu remettre en valeur notre culture qui nous rend fiers de ce qu'on est aujourd'hui. Le tambour, le cœur de la Mère Terre a réussi à vibrer jusqu'au cœur des membres du jury pour leur choix», a déclaré Isabelle Mapachee, qui organise l'événement avec Brenda Rankin et Kenny Ruperthouse.

Le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni a remporté le Prix Coup de cœur. Bruno Turcotte, vice-président de la Commission des arts et de la culture de la Ville d'Amos, a remis le Prix à Isabelle Mapachee, du comité organisateur, et Tom Mapachee, conseiller sortant.

©TC Média - Martin Guindon