Sections

L’accusation de meurtre pourrait être réduite pour Lévis Landry


Publié le 29 septembre 2017

Lévis Landry reviendra en cours le 24 mai.

©Photo TC Média – Myriam Grenier

Accusé du meurtre non prémédité de Marie-Ève Charron, 36 ans, originaire de Gatineau, Lévis Landry pourrait bénéficier d’une réduction de son accusation.

Landry a subi son enquête préliminaire au Palais de justice de Val-d’Or, vendredi. Quelques témoins ont été appelés à la barre, dont les enquêteurs et détectives au dossier.

Une ordonnance de non-publication nous interdit de divulguer tous les éléments présentés à la cour. On peut toutefois dire que la juge de la Cour du Québec, Denise Descôteaux, devra trancher, selon la preuve présentée et les faits rapportés, si l’accusation de meurtre non prémédité demeure pour Lévis Landry ou si celle-ci doit être réduite à une accusation d’homicide involontaire coupable.

On parle d’homicide coupable si la personne a l’intention de causer la mort, a l’intention de causer des lésions corporelles qu’elle sait être de nature à causer la mort et que cela la rend indifférente à cela, même si elle n’a pas l’intention de causer la mort, selon le site de la législation du gouvernement du Canada.

Famille éprouvée

La famille de Marie-Ève Charron, 36 ans, se recueille près de son appartement où elle a été retrouvée sans vie, en mai dernier. Rappelons que Lévis Landry est accusé de son meurtre non prémédité.
Photo TC Média – Myriam Grenier

L’enquête préliminaire permet au juge de déterminer s’il y a matière à procès ou non. Cette étape était très attendue par la famille de la victime. Ses parents, sa sœur, son frère et des amis de la famille étaient présents pour entendre les témoignages.

À quelques reprises, ils ont pleuré à chaudes larmes, se serrant même dans leurs bras par moments. Certains sont aussi sortis de la salle, ébranlés par les révélations d’un détective. Celui-ci a expliqué où et comment le corps de la victime a été trouvé et dans quel état il l’a été.

Pendant le témoignage du détective, Lévis Landry est resté de marbre, sans émotion apparente. Il a écouté avec beaucoup d'attention tout ce qui s’est dit.

Rappelons que Marie-Ève Charron a été assassinée et retrouvée dans le sous-sol d’un immeuble de la rue Plessis à Val-d’Or, en mai 2016. Cette découverte avait été faite à la suite du signalement de la disparition de la dame par des gens inquiets de son absence.

La peine pour meurtre ou homicide involontaire

Si l’accusation de meurtre non prémédité demeure pour Lévis Landry, il s’expose à une peine de prison à perpétuité, avec possibilité de libération conditionnelle après 10 à 25 ans, selon le juge ou les parties.

Si l’accusation change et devient celle d’un homicide involontaire coupable, Landry pourrait obtenir une peine maximale d’emprisonnement à perpétuité. Dans les faits, les peines se situent dans une fourchette de 5 à 15 ans.