Sections

Un animateur valdorien diffusé dans 28 stations de radio


Publié le 19 septembre 2017

En plus de sa carrière radiophonique, Mathieu Caron a parti, en 2015, son entreprise Un Par Un Communications, un service de relations de presse, de distribution numérique et de pistage radio. Il compte une vingtaine d’artistes comme clients, dont Dany Bédar, aussi Valdorien.

©Photo gracieuseté – Joëlle Simard Photographe

Animateur à la radio CKVL à Montréal durant plus de trois ans, le Valdorien d’origine Mathieu Caron, 27 ans, entame la 4e saison de son émission culturelle Studio M. Elle sera cette fois diffusée dans 28 stations du Québec, dont trois en Abitibi-Témiscamingue.

«J’ai été bénévole dans une radio communautaire un an et l’émission est née là en 2014. Chaque semaine, j’ai reçu des artistes émergents et d’autres établis, dont Lara Fabian, Bruno Pelletier, Patrice Michaud, Laurence Jalbert et Michèle Richard, raconte le Valdorien vivant à Montréal depuis cinq ans.

Quand on veut vraiment quelque chose, il ne faut pas attendre que le téléphone sonne. Il faut foncer. Je vis de ma passion depuis trois ans et demi

Mathieu Caron

«À force de rencontrer des gérants et des artistes, on a décidé de poursuivre ce concept où ils venaient me parler durant une heure de leurs projets et leur tournée au lieu de cinq minutes ailleurs. J’ai fait ça trois ans et le contrat s’est terminé, faute de financement, explique-t-il.

«Je ne voulais pas jeter à la poubelle tout ce travail. J’ai approché une soixantaine de radios cet été et j’ai eu le feu vert dans 28 jusqu’au mois de mai», mentionne Mathieu Caron. Il recevra entre autres Annie Villeneuve et Claudine Mercier et en octobre une invitée surprise, une sommité en en entrevues d’artistes au Québec.

Entendu en région

Pour Mathieu Caron, son auditoire élargi à travers le Québec lui permet enfin d’être entendu par ses proches. «Ma famille et mes amis voient mes projets via les réseaux sociaux, mais là ils pourront m’entendre dans leur radio, se réjouit-il.

«Radio Boréale a été la première à dire oui, sans savoir que je venais de l’Abitibi. Les gens pourront écouter mon émission à Amos et Val-d’Or le mardi à midi et le jeudi à 19h au 105,3 FM, à CIBO FM (100,5) à Senneterre le samedi à 10h et à CKVM FM au Témiscamingue le dimanche à 18h au 93,1. Je suis vraiment content, affirme l’animateur.

«Tout a commencé en Abitibi. J’étais jeune et réservé. Au secondaire, j’ai fait cinq ans d’art dramatique. Je voyais tous les spectacles offerts et j’allais rencontrer les artistes pour leur jaser. Je me préparais déjà sans le savoir à mon métier, souligne le Valdorien.

«Même enfant, je m’enregistrais avec la petite radio Fisher-Price. J’ai toujours eu la passion de la musique et de la culture. Ça me nourrit. Avec la radio, je me sens près des gens», ajoute Mathieu.

Vivre son rêve

Mathieu Caron a vu le jour à Rouyn-Noranda, où il a vécu jusqu’à neuf ans. Déménagé à Val-d’Or, il a quitté la région à l’âge de 22 ans.

«Déjà à 17 et 18 ans je rêvais de faire de la radio ou de la télévision. Rien d’autre ne m’intéressait. J’ai refroidi ce rêve quelques années et à 21 ans, j’ai eu le déclic. Si je n’essayais pas, je ne le saurais jamais. J’ai quitté mon travail et mon appartement et j’ai atterri à Montréal où je ne connaissais personne, même pas une cousine éloignée, se souvient-il.

«Je me suis donné un an pour trouver un emploi et j’ai assisté à des lancements et des spectacles. J’ai étudié à Promédia durant sept mois et ça m’a donné la piqure. J’ai été chroniqueur culturel et journaliste, j’ai fait les tapis rouges de l’ADISQ et des Gémeaux. J’ai vu 280 shows en un an. J’ai mis le paquet pour réaliser mon rêve», conclut Mathieu Caron.