Sections

Le «Fruit» est mûr pour le pianiste Charles Trudel


Publié le 19 septembre 2017

Le Charles Trudel Quintet, avec Charles en avant-plan.

©gracieuseté - Pierre Corvaisier

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le Fruit était mûr pour le pianiste jazz Charles Trudel, qui vient de lancer son premier album à 30 ans, le 8 septembre.

L'album Fruit de Charles Trudel a fait l'objet d'un lancement à Montréal, le vendredi 8 septembre.
gracieuseté

C'est mon premier album sous mon nom, en tant que leader. Le jeu instrumental de chacun des musiciens est mis de l'avant, mais ce sont mes compositions, mon projet… toute ma musique originale», raconte celui qui a participé à de nombreux albums comme musicien.

Composé et enregistré dans le cadre de sa maîtrise en Interprétation Jazz à l'Université McGill, en mars 2016, cet album aurait pu ne jamais voir le jour. «C'est mon projet de maîtrise et je l'avais un peu mis de côté. C'est en le réécoutant que j'ai réalisé qu'il y avait quelque chose à faire avec cet enregistrement. J'ai décidé de le pousser», confie Charles Trudel, qui pourra dorénavant utiliser son album comme carte de visite.

Vision moderne du jazz traditionnel

Intitulé Fruit (MCM, 2017), ce premier album regroupe donc dix compositions de l'Amossois d'origine. «Je ne peux renier mes influences old school jazz de la fin des années 50 et début des années 60. Mais les arrangements sont plus modernes. On est surtout en sextette sur l'album, avec un noyau de musiciens solides avec lesquels je joue souvent», fait-il valoir.

L'album a donc été enregistré l'an dernier dans le cadre de sa maîtrise, mais il a depuis été peaufiné, avec un mix et un mastering. Toutefois, le pianiste a voulu conserver l'interprétation la plus intacte possible.

«C'est enregistré dans un contexte de maîtrise, alors on n'a pas répété des tonnes de fois. Je pense qu'on a fait une répétition et demie avant d'entrer en studio. Les pièces sont fraîches pour tout le monde. On a joué les pièces deux fois chacune et j'ai conservé la meilleure take. Ce n'est donc pas surjoué. On fait des fautes, on s'écoute plus et ça fait très jazz, je trouve», estime celui qui accorde beaucoup d'importance à la part d'imperfections et d'improvisations dans l'interprétation.

En tournée dans la région

L'album de Charles Trudel est disponible via l'étiquette indépendante MCM de Montréal, mais il en assure aussi la distribution, notamment par le biais de son père Ghislain, qui habite toujours à Amos, et des membres de sa famille à Rouyn-Noranda. Son père agit d'ailleurs comme coproducteur avec lui.

«J'en aurai aussi des copies pour vendre lors de la tournée régionale que l'on fera avec Spectour à la fin de février et au début de mars. Je vais venir en formule quatuor avec Benjamin Deschamps (saxophone), Sébastien Pellerin (contrebasse) et Alain Bourgeois (batterie). On va faire les chansons de l'album, mais probablement aussi des trucs de Benjamin et des standards de jazz américain. Je suis super content, ce sera ma première fois en tournée jazz dans la région», souligne celui qui joué de nombreuses années avec son bon ami Dylan Perron.

 

Grang gagnant au Festi Jazz de Rimouski

Le Charles Trudel Band (en formule quintette) a remporté le Grand Prix LOJIQ dans le cadre du Festi Jazz international de Rimouski, le 3 septembre. Ce prix lui permettra notamment de réaliser une tournée au Bas-Saint-Lauren, puis à l'international au Jazz à Vienne et au Jazz à Verviers, deux festivals en France, en 2018.

Ce Grand Prix s'ajoute à ses nombreuses autres distinctions, dont le 1er Prix de la 33e édition de l'International Blues Challenge de Memphis avec Dawn Tyler & Ben Racine Band (2017), le 1er Prix du Festival de jazz de Halifax au sein du Rachel Therrien Quintet (2016), le Grand Prix TD du Festival international de jazz de Montréal toujours avec le Rachel Therrien Quintet (2015) et le 1er prix du Concours de la relève au Festival de jazz de Rimouski avec le Benjamin Deschamps Quartet (2013).