Sections

Comprendre les migrants volontaires à travers l’art


Publié le 3 août 2017

Dix personnes ont accepté de confier leur expérience de migrant volontaire avec la professeure en art-thérapie Vera Heller. Le tout a donné lieu à l’exposition Parcours imaginaires.

©gracieuseté Vera Heller

Une première recherche sur les migrants volontaires a été réalisée à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) par la professeure en art-thérapie Vera Heller.

Même s’ils ont fait le choix de quitter leur pays, les migrants volontaires peuvent rencontrer de nombreuses difficultés. Par contre, il est presque impossible de comprendre leur réalité dans la littérature scientifique.

«Les recherches portent particulièrement sur les réfugiés, mais l’on ignore toutes les problématiques existentielles que vivent ceux qui ont choisi de quitter leur pays», a affirmé la professeure de l’UQAT Vera Heller.

«Dans les deux dernières années, le Canada a accueilli 100 000 personnes qui ont fait le choix de migrer ici et il y a peu de structures pour les aider», a-t-elle ajouté.

Ayant elle-même fait le choix de quitter sa Roumanie natale, Vera Heller jugeait qu’il était temps de porter attention aux problématiques vécues par ces migrants volontaires.

«Même s’ils sont partis volontairement de leur pays, ils vivent aussi le phénomène d’acculturation, a-t-elle poursuivi. Ils ont souvent de la difficulté à trouver du travail, ce qui entraîne une perte de leur statut social et de leur image de soi. Ils doivent faire une série de deuils.»

S’exprimer par l’art

Une dizaine de migrants volontaires ont accepté de participer à la recherche de Vera Heller. Dix ateliers-rencontres étaient prévus dans le cadre de l’étude.

«À leur demande, nous en avons finalement tenu 20, a expliqué Mme Heller. Aucun d’entre eux n’était un artiste et ils ne connaissaient pas l’art-thérapie. Les ateliers leur permettaient d’échanger sur leur vécu et par la suite de créer.»

Si certains ont travaillé sur des œuvres différentes lors de chacune des rencontres, d’autres se sont concentrés sur la même pendant plusieurs rencontres.

«Il n’y avait pas de contraintes à ce niveau, a indiqué la professeure. Chacun avait un cahier d’esquisses dans lequel il pouvait écrire ses réflexions au cours de la semaine, faire des dessins ou même faire des recherches. Les œuvres qu’ils ont créées pouvaient représenter des souvenirs d’enfance, des difficultés qu’ils vivaient.»

La seule contrainte commune à tous les participants de la recherche était que leurs œuvres pourraient être exposées. «Ils devaient me donner leur accord, puisqu’en temps normal, dans un processus thérapeutique, les œuvres ne le sont pas», a précisé Mme Heller.

Exposition au MBAM

L’exposition Parcours imaginaires est le résultat des ateliers vécus par les participants. Elle se tiendra dans l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie du Musée des beaux-arts de Montréal à partir du 31 août, et ce, pour un mois et demi.

«J’ai trois autres demandes d’expositions, a fait savoir Mme Heller. J’aimerais pouvoir les faire participer en ajoutant une conférence à l’exposition et qu’ils puissent partager leur vécu.»