Sections

Deux Valdoriens exposeront au… Louvre!


Publié le 2 août 2017

Grâce à l’expérience du Carrousel du Louvre, le portfolio de Francyne Plante et Jacques Pelletier a été envoyé à différentes galeries dans le monde. Ils reçoivent déjà des invitations pour y exposer.

©Photo TC Média – Myriam Grenier

Les Valdoriens Jacques Pelletier et Francyne Plante auront la chance inouïe de voir leurs sculptures exposées dans l’un des musées les plus connus du monde avec plus de 9 millions de visiteurs en 2014, soit le Musée du Louvre, à Paris.

L’exposition se déroulera du 6 au 10 décembre dans le Carrousel du Louvre, situé sous la célèbre pyramide inversée en verre.

Exposer au Carrousel du Louvre, ça donne un bon ¨feeling¨. Après 40 ans de métier, être reconnu à l’international, ça fait chaud au cœur

Jacques Pelletier

«Jacques et moi avons participé à une exposition composée de 125 sculpteurs internationaux et professionnels, au Palais des congrès de Montréal, en octobre dernier. Quelqu’un nous a mis en contact avec l’agente en France qui s’occupe de soumettre des dossiers au jury du Carrousel, explique Francyne.

«On a rempli des formulaires et envoyé des photos d’environ sept œuvres chacun. Le jury a sélectionné une de mes sculptures et une de Jacques», se réjouit l’artiste multidisciplinaire.  

Un rêve réalisé

«Je ne suis jamais allée à Paris, mais j’ai toujours rêvé d’aller au Louvre. Jamais de ma vie je n’aurais imaginé y exposer une œuvre. Juste d’y penser, ça me fait wow!», s’exclame Francyne Plante, qui sculpte depuis 16 ans déjà.  

«Une porte vient de s’ouvrir, on la prend. On ne peut pas passer à côté de cette chance. C’est la cerise sur le sundae», affirme pour sa part Jacques Pelletier, sculpteur depuis près de 40 ans.

Cette belle aventure vient toutefois avec des milliers de dollars en frais. «On doit payer les déplacements de l’agente et tout ce qu’elle fait pour préparer notre dossier. Il y a un coût pour l’installation là-bas, le catalogue, le photographe», énumère Mme Plante.

Malgré ces frais, l’expérience en vaut la peine, selon les deux artistes. «En tout, 32 artistes du Canada participeront, dont sept sculpteurs. On ira à des soupers organisés pour créer des contacts. Jamais on n’aurait pu rencontrer tout ce monde sans cela», signale Francyne Plante.

«On va en profiter pour aller visiter des ateliers d’artistes. On rencontrera peut-être des collectionneurs ou des galeristes de renom. Tout est possible», ajoute M. Pelletier.

Les œuvres

Le jury a sélectionné la pièce Confiance de Francyne Plante ainsi que Les trois générations de Jacques Pelletier.

«En octobre dernier, on parlait beaucoup des femmes autochtones violentées. Elles sont venues se confier à moi. Dans mon art, mes inspirations viennent souvent des mémoires et des premiers peuples. Mon œuvre représente une femme la tête haute», précise Mme Plante, qui a travaillé environ 125 heures sur sa pièce en albâtre du Mexique.  

«Je me suis inspiré des bonzaïs. La partie dans le milieu est la base et représente le grand-père. Celui-ci donne vie au père à droite sur lequel est appuyée la 3e génération», mentionne Jacques Pelletier, qui a utilisé une serpentine noire de La Motte.  

Les artistes ont lancé une campagne de sociofinancement pour défrayer les coûts reliés à leur exposition au Musée du Louvre. Ils feront tirer une peinture et une sculpture parmi les donateurs.