Sections

Une ode au Vieux-Noranda


Publié le 1 août 2017

La nouvelle murale est installée sur le bâtiment où se trouvent les locaux de la SADC. Elle est de biais avec le Petit Théâtre du Vieux-Noranda.

©TC Media - Anne Blondin

La combinaison des mots d’Alexandrie Castonguay et de la murale de Brigitte Toutant a donné naissance à une nouvelle œuvre permanente dans le Vieux-Noranda.

Le projet a d’abord été initié en 2014 à la suite d’une réflexion de la part d’Alexandre Castonguay sur les moyens de rendre accessible la littérature. «Quand j’observais l’art public, c’est rare que la littérature ou que la parole en fait partie, a expliqué l’auteur. À l’occasion, on retrouve une citation de poème sur un édifice.»

On a créé l’œuvre en pensant à la personne qui allait passer à côté pendant 30 ans. C’est une œuvre qui est faite pour se dévoiler avec le temps

Alexandre Castonguay

L’œuvre Boomtown sur la lune est une adaptation visuelle du texte  Réflexion en forme de pâté chinois. « C’est une marche de l’école à la maison avec mon fils ainsi que la préparation du souper, a indiqué Alexandre Castonquay. Il s’agit d’une réflexion sur le quartier d’où il vient.»

C’est à  partir des mots d’Alexandre que Brigitte Toutant a tenté de trouver les images qui illustraient bien l’esprit du texte. «Deux images sont ressorties soit une photo de vaisselles sur le poêle et à une photo d’enfants, a fait savoir Brigitte Toutant. Je trouvais que cela représentait bien la poésie du quotidien.»

Richesse des mots

La vision d’Alexandre a rejoint celle de Brigitte Toutant. «Je voulais trouver une idée pour que le texte ne soit pas accessoire, a-t-elle commenté. Je voulais qu’il soit intégré et visuel. Les lettres deviennent des pixels sur l’image. Ça agit comme un tableau et il y a du contenu littéraire en plus. »

Alexandre Castonguay voulait que l’œuvre se marie au décor du quartier, mais que l’œuvre se dévoile peu à peu. «Il n’y a pas de plaque avec l’ensemble du texte d’écrit, a-t-il dit. En la fréquentant, il va y avoir des mots qui vont venir te cherche; soit actif en tant que spectateur.»

En raison de son emplacement, dans la ruelle derrière la SADC de Rouyn-Noranda, la murale ne sera pas exposée directement au soleil. Cela va favoriser sa pérennité. Un éclairage sera installé sous peu pour pouvoir l’observer à toute heure du jour ou de la nuit.

Projet de quartier

Ce sont 17 entreprises du quartier ont contribué au financement en plus des personnes qui ont participé à la campagne de sociofinancement. «Tout le monde du quartier à embarquer dans le projet à la hauteur de leur moyen, a fait savoir Alexandre Castonguay. Tous sont affichés de façon équitable sur l’affiche.»