Sections

«Désirée»: une œuvre magistrale intégrée à la façade de sa maison


Publié le 8 juillet 2017

La propriétaire, France Lavergne, et l’artiste, Christian Paquette, devant l’œuvre qui attire déjà de nombreux visiteurs devant la résidence privée.

©TC Media - Lucie Charest

C’était la première fois qu’on m’approchait pour une intégration à une résidence unifamiliale, habituellement c’est pour des commerces ou des édifices gouvernementaux.

Christian Paquette

Le cœur de France Lavergne, une résidente de Lorrainville, a fondu, lorsqu’en rentrant de vacances, elle a vu pour la première fois, sur la façade de sa résidence, l’œuvre de 10 pieds par 10 pieds qu’avait réalisée pour elle l’artiste, Christian Paquette.

Détail de l’œuvre de Christian Paquette «Désirée».
TC Media - Lucie Charest

«Sur le coup, ça a été un choc, mais le lendemain quand je suis retournée la regarder, les larmes me sont montées aux yeux, a-t-elle relaté. C’était moi, c’était l’histoire de ma vie, mes racines, comment on donne la vie. Je ne sais pas comment il a fait pour me saisir ainsi, nous n’avions pratiquement pas échangé sur le sujet.»
L’œuvre a été créée dans un contexte plutôt particulier. Mme Lavergne avait décidé d’enlever la porte extérieure sur la façade de sa maison afin d’agrandir la surface murale à l’intérieur. «On ne passait jamais par cette porte, a-t-elle relaté. J’ai immédiatement pensé qu’en ajoutant une œuvre, cela ferait oublier qu’il n’y avait plus de porte en avant.»
Dès lors, son choix s’est immédiatement orienté vers Christian Paquette, un artiste lorrainvillois, réputé pour son lien avec les matières ligneuses. Sans être une grande amatrice d’art, France Lavergne avait déjà fait l’acquisition de produits provenant de sa boutique, la Fabrique de Geppetto. Elle lui a donné carte blanche.
Une première intégration résidentielle
«C’était la première fois qu’on m’approchait pour une intégration à une résidence unifamiliale, habituellement c’est pour des commerces ou des édifices gouvernementaux, a indiqué M. Paquette. Il s’agissait d’un gros défi de création, de réalisation.»
L’œuvre devait s’intégrer à la maison sans prendre toute la place, elle devait aussi se marier avec les matériaux, les couleurs. Christian Paquette a mis pratiquement un an de la conception à l’installation, à la fin juin, de «Désirée», une œuvre réalisée avec des bois de grève, des vignes séchées et autres matériaux ligneux. À première vue, elle représente un immense arbre prenant racine et couronné par le cycle de la vie.
L’œuvre est située au 38 rue Bernêche, à Lorrainville. Mme Lavergne invite d’ailleurs les gens à venir eux aussi l’admirer, s’en imprégner.
«Je n’ai aucun mérite, je n’ai fait que prêter ma maison à cette oeuvre, a-t-elle confié. Des fois, je la regarde et j’ai l’impression qu’elle ne m’appartient pas, tant elle est belle et immense.»