Sections

Une exposition fera découvrir le patrimoine musical régional


Publié le 19 juillet 2017

Félix B. Desfossés

©Photo TC Média – Thomas Deshaies

Félix B. Desfossés présente une exposition mettant à l'honneur l'histoire musicale de la région au Centre d'exposition de Val-d'Or, du 19 juillet au 1er octobre. 

L'exposition intitulée  L’Abitibi-Témiscamingue sur vinyle (1950 à 1980): de Hal Willis à Diane Tell a pour objectif de faire découvrir le patrimoine musical de la région.

Les gens d'Abitibi-Témiscamingue doivent se réapproprier leur patrimoine musical et réaliser qu'il y a des chansons insoupçonnées qui font partie d'un répertoire musical qui leur appartient

Félix B. Desfossés

Journaliste spécialisé en histoire de la musique depuis une dizaine d'années,  M. B. Desfossés partage dans cette exposition l'état de ses recherches ainsi que de nombreux artefacts. 

«Ce que je présente, c'est l'avancement de mes recherches jusqu'à aujourd'hui, avec un angle très spécifique sur la musique de Val-d'Or et la musique populaire», explique-t-il.

La décision de mettre l'emphase sur le vinyle en tant que support musical n'est pas anodine. «C'est notamment pour qu'on comprenne que nos artistes ont été présents dès l'époque des 78 tours, jusqu'aux années 1980», souligne M. B. Desfossés.

Un foisonnement artistique

La région est une des dernières à avoir été colonisée au Québec, mais malgré tout, la production culturelle est impressionnante, constate M. B. Desfossés. «C'est extrêmement surprenant de se rendre compte qu'il y a des artistes de la région, qui dès 1950, enregistraient des disques qui ont été lancés commercialement», s'exclame-t-il.

Rappelons que la Ville de Rouyn-Noranda et la Ville de Val-d'Or ne furent fondées respectivement qu'en 1927 et 1935. «Ils sont donc nés dans la région et ont atteint un statut d'artiste professionnel suffisamment important pour se faire connaître d'une industrie musicale québécoise qui était encore naissante à cette époque (1950)», souligne-t-il.

Les grands noms de la musique abitibienne sont encore bien présents dans l'imaginaire collectif des aînés, mais ce serait moins le cas pour les nouvelles générations, constate le commissaire de l'exposition. «Quand on en parle aux personnes du troisième âge, ils connaissent Fernand Thibault, Jimmy James, les pionniers de la musique country. Ils ont dansé au son de leur musique, constate Félix B. Desfossés. Ces artistes ont créé le répertoire musical de la région qui fait aujourd'hui partie du patrimoine, mais notre génération l'a presque oublié.»

L'importance de l'histoire

L'exposition contribuera à la préservation de l'histoire, espère M. B. Desfossés. «Une fois que c'est ramené à la mémoire, ça va raviver une fierté, autant pour le public que pour les artistes», explique-t-il.  

La société québécoise n'est pas suffisamment tournée vers la préservation du patrimoine, croit toutefois le commissaire. «On a parfois l'impression que le passé est trop proche pour que ce soit intéressant et qu'il faut aller dans des époques qui sont pertinentes seulement pour des archéologues, mais ces enregistrements vont se perdre si on ne fait rien.»

Pour tous

Les jeunes et moins jeunes y trouveront leur compte et pourront écouter des extraits musicaux en scannant les codes QR avec leur téléphone intelligent. «C'est une expo très visuelle avec les pochettes de vinyles, souligne M. B. Desfossés.  Il y aura aussi un  endroit où les gens seront autorisés à manipuler les disques vinyles. Je souhaite que les visiteurs viennent découvrir ou raviver leurs souvenirs et leur fierté.»