Sections

Val-d'Or aura le plus performant orgue de concert de la région


Publié le 20 juin 2017

L'orgue sera remonté à l'église Saint-Sauveur de Val-d'Or

©Photo gracieuseté – Luc Letourneau

Un Comité citoyen s'affaire à collecter 90 000 $ pour déplacer un imposant orgue de Nicolet à Val-d'Or. 

Forcées de démolir leur chapelle, les Sœurs de l'Assomption de Nicolet ont décidé d'offrir gratuitement leur orgue de concert doté de trois claviers, d'un pédalier, de 36 jeux et de plus de 2000 tuyaux à la paroisse de Val-d'Or.

Si on dit que l'orgue sert jute à accompagner une chorale le dimanche, on vient de condamner l'orgue à une fonction extrêmement simpliste de son utilité.

Luc Letourneau

Il aura fallu plus de deux semaines de travail pour parvenir à démonter l'orgue évalué à une valeur de 1 100 000 $. Il arrivera en pièces détachées dès mercredi matin (21 juin) à l'église Saint-Sauveur de Val-d'Or et il faudra 6 semaines de travail pour le remonter.

Les membres du comité de l'orgue de Val-d'Or
Photo TC Média – Thomas Deshaies

C'est le Comité de l'orgue de Val-d'Or, présidé par Luc Létourneau, qui s'affaire à faire en sorte que le projet devienne une réalité en collectant des dons. Le défi: récolter 90 000 $ pour débourser les coûts de démontage, de déplacement et de réassemblage.

L'ancien orgue de l'église Saint-Sauveur était hors d'usage et aurait nécessité plus de 70 000 $ pour être restauré. Malgré tout, il n'aurait pas été aussi performant que celui de Nicolet. «Même restauré, l’orgue actuel demeurerait un instrument peu intéressant sur le plan musical et l'investissement n'en valait donc pas le coup», explique M. Letourneau.

Un atout majeur pour la culture

L'orgue sera utilisé lors des messes, mais sera aussi idéal pour les concerts et offrira de nouvelles possibilités aux créateurs de la région. «C'est un instrument de grande qualité et avec les fonctionnalités qu'on va lui ajouter, il sera comparable à ceux utilisés dans les concerts à Montréal ou à Québec», se réjouit Luc Letourneau.

Le Conservatoire de musique de Val-d'Or, la Commission scolaire de l'Or-et-des-Bois, ainsi que l'Orchestre symphonique régional de l'Abitibi-Témiscamingue ont déjà appuyé l'arrivée de l'orgue et comptent bien établir des partenariats. «Il n'y a aucun instrument qui le surpasse dans l'Abitibi-Témiscamingue, ce sera le plus gros orgue de la région», s'exclame M. Letourneau.

Le comité souhaite aussi que l'orgue puisse être utilisé à des fins pédagogiques.

Un instrument de concert à découvrir

Gisèle Davignon a présidé un 5 à 7 de financement qui avait lieu lundi à Val-d'Or. Mme Davignon est la conjointe du regretté Edgard Davignon, fondateur du Conservatoire de musique de Val-d'Or. Elle a invité la population à être généreuse puisqu'il s'agit «d'une chance inespérée pour Val-d'Or de bénéficier d'un tel cadeau».

Bien que l'orgue soit souvent considéré uniquement comme un instrument d'accompagnement pour les chorales du dimanche, Mme Davignon soutient qu'il s'agit plutôt d'un instrument avec une richesse instrumentale extraordinaire. «Mon mari était aussi un instrumentaliste et l'orgue était son instrument préféré. Il disait que c'était celui qui lui apportait le plus de plaisir, et qu'il y avait tellement de possibilités», souligne-t-elle.

«L'orgue a été inventé par les Romains il y a plus de 2000 ans, et c'est donc un des plus vieux instruments toujours utilisés. Il y a de musique d'orgue provenant de toutes les époques», souligne M. Letourneau.

Les citoyens sont invités à communiquer avec le Comité de l'orgue de Val-d'Or pour faire un don libellé à la Paroisse de Val-d'Or. 

Petite histoire de l'orgue

Avant de devenir l'instrument de prédilection de l'église, l'orgue a été utilisé pour encourager les passions guerrières. «On sait qu'il jouait de l'orgue pour encourager les combats de gladiateurs et même pendant que les chrétiens se faisaient dévorer par les lions», explique M. Letourneau. Cet instrument a d'ailleurs été banni des églises pendant près de 1000 ans, avant d'être réintégré, au Moyen-Âge, par des moines ayant perfectionné l'instrument, souligne M. Letourneau.