Evil Prevails: des prédateurs en quête de proies


Publié le 12 février 2017

Les membres d'Evil Prevails: Marc-André Pilon, Pier-Charles Gamelin, Mathieu Pleau, Simon Turcotte et Francis Beaulieu.

©gracieuseté - Marina Fontaine photographe

Le groupe de métal extrême Evil Prevails, de Rouyn-Noranda, montre des dents bien acérées sur son deuxième EP intitulé «Predatory».

Evil Prevails regroupe d'anciens membres d'Obsek, Archons, Decrepity, Copperfield et Sightline. Il marche musicalement sur la mince ligne entre le métal et le hardcore. «C'est Francis (Beaulieu, guitariste) qui m'a approché à l'automne 2014 pour un projet de groupe. Il m'a invité à son studio pour me faire entendre des démos qu'il avait faits», raconte Simon Turcotte, chanteur et parolier.

Pier-Charles Gamelin (guitare) a ensuite rejoint le groupe, avec le batteur Christian Poulin. Ils ont enregistré un premier EP de trois chansons intitulé Orlov et lancé en mars 2016. Si le vent s'est levé, la voile d'Evil Prevails n'était toutefois pas encore tendue.

Musicalement, on ne suit pas une ligne particulière, mais ça revient toujours au métal avec des éléments hardcore - Simon Turcotte

«Christian était trop pris par son autre groupe, Slingshot Brothers, alors il nous a quittés. Mathieu Pleau, qui était guitariste dans Decrepity et Sightline, s'est acheté un ‘’kit de drum’’ et il est devenu notre batteur. Entre-temps, Marc-André Pilon (Decrepity, Sightline) a rejoint le groupe à la basse», précise Simon Turcotte, qui a œuvré 10 ans au sein d'Obsek, dont il était l'un des fondateurs.

Canaliser la rage

Evil Prevails est monté sur la scène à quelques reprises, tout en composant du nouveau matériel. «Pas mal tout le monde participe pour monter les chansons et les arrangements à partir des idées de Francis. Pier-Charles a aussi composé une chanson sur Predatory. Pour ma part, j'écris tous les textes. J'aborde un peu toutes sortes de sujets, mais c'est toujours sombre. Parfois, c'est de la fiction de style horreur/gore, d'autres fois c'est plus personnel», confie Simon Turcotte.

Le design graphique de l'album est l'œuvre d'Alexandre Goulet (Despised Icon, Ion Dissonance), l'un des designers graphiques québécois les plus en vus dans la scène métal/hardcore.
gracieuseté

Ce dernier se remet tout juste d'un cancer qui s'est attaqué à l'un de ses muscles adducteurs dans une cuisse l'an dernier. Une maladie qui lui aura insufflé encore plus de rage et de colère, une énergie qu'il a su canaliser dans son chant, selon ce qu'il partageait en novembre sur la page Facebook du groupe.

Lancement le 25 février

Predatory est le fruit de près d'un an de travail. S'il est disponible depuis le 20 janvier, ce mini-album autoproduit sera lancé officiellement le 25 février au Cabaret de la Dernière Chance de Rouyn-Noranda.

Les sept chansons ont toutes été enregistrées par Francis Beaulieu dans son studio personnel (Woodwalls Studio) à Rouyn-Noranda. Il a aussi effectué le mixage, alors que le mastering a été confié à Yannick St-Amand (Despised Icon, Ion Dissonance, Beneath the Massacre), qui opère le Northern Studio près d'Amos.

Lauréat du FRIMAT 2016

«Ça fait partie du prix Enracinés qu'on a remporté au FRIMAT 2016. Ça ne pouvait pas mieux tomber, Yannick est un spécialiste reconnu. On a aussi gagné une participation au Festival des langues sales de La Sarre le 24 février», souligne Simon Turcotte, dont le groupe a aussi gagné une participation à la FÉE-AT, qui aura lieu en août à Amos. Evil Prevails jouera aussi le 22 avril au Petit Théâtre du Vieux-Noranda.

 

Il est possible d'écouter l'album dans sa version intégrale ci-dessous.