Sections

Le Festival du cinéma étudié par les HEC


Publié le 6 octobre 2017

Le Festival du cinéma international de l’Abitibi-Témiscamingue est cité en exemple dans le livre Artistes, créateurs et entrepreneurs.

©TC Media – Archives/Marie-Hélène Paquin

Le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue fait bonne figure aux HEC Montréal, alors que son cas semble être un des plus populaires auprès des étudiants à la Maîtrise en gestion de projet.

En raison d’une collaboration de longue date avec HEC Montréal, l’un des trois fondateurs du Festival, Jacques Matte, a été interpellé pour participer au livre Artistes, créateurs et entrepreneurs du professeur honoraire Louis Jacques Filion.

Non seulement le Festival a un effet de stimulation sur la culture en Abitibi-Témiscamingue, mais c’est aussi un événement qui a exercé beaucoup d’influence sur la réputation du Québec dans le monde.

Louis Jacques Filion

«Le Festival est l’une des études de cas pour les étudiants à la Maîtrise en gestion de projet, a expliqué M. Matte. Il semble que notre cas soit l’un des plus populaires auprès des étudiants. C’est en rafraîchissant le portrait de l’événement que l’on m’a approché pour participer à l’ouvrage.»

Le livre Artistes, créateurs et entrepreneurs fait le portrait, dans un premier temps, d’artistes et de créateurs qui se sont lancés dans le domaine des affaires. On y lit, entres autres, des témoignages de Geneviève Sailbang des Ballets Jazz de Montréal et du designer Michel Dallaire, qui a conçu le BIXI.

«C’est une fierté de parler de notre Festival en mon nom et en celui de mes deux acolytes, Louis Dallaire et Guy Parent, a ajouté Jacques Matte. Si nous avons été choisis pour ce livre, c’est parce que nous sommes une entreprise culturelle en région qui a réussi à se développer et à innover. Nous sommes également parmi les premiers à avoir fait de notre activité un événement d’envergure internationale.»

Créativité et entreprenariat

L’auteur Louis Jacques Filion s’est spécialisé en entreprenariat. Il s’intéresse à la question de la créativité et l’art dans l’entreprenariat.

«S’il y a un sujet pour lequel il y a très peu de recherches en entreprenariat, c’est la relation entre les créateurs de toute sorte et les entrepreneurs. Je voulais qu’on ait un document de référence pour réfléchir à ce sujet-là», a-t-il indiqué.

Le professeur honoraire à HEC Montréal voulait mettre en valeur un phénomène particulier. «Le Québec est un lieu effervescent pour la culture, a-t-il souligné. Il n’y a pas que le Cirque du Soleil. On voit qu’il y a un effet d’entraînement des milieux créatifs dans plusieurs autres domaines.»

M. Filion tenait particulièrement au cas du Festival international du cinéma de l’Abitibi-Témiscamingue. «Je crois que Jacques Matte et ses acolytes ont fait quelque chose de remarquable. Je voulais que, partout au Québec, les gens connaissent cet exemple-là. Ce festival est beaucoup plus que l’initiation à la culture du cinéma des gens de la région. C’est aussi un ambassadeur du Québec dans le monde», a-t-il ajouté.

Le livre Artistes, créateurs et entrepreneurs est publié par Del Busso Éditeur et est disponible dans les librairies.