Sections

La marquise du Rift éblouit la nuit de Ville-Marie

Restauration de la plus vieille marquise de cinéma au Québec


Publié le 1 octobre 2017

L’effet créé par l’illumination de la marquise du Rift cinéma sur la côte de la rue Ste-Anne surplombant le lac Témiscamingue est on ne peut plus spectaculaire.

©TC Media - Lucie Charest

Une cinquantaine de spectateurs et de dignitaires ont assisté à l’illumination de la marquise du Rift cinéma à Ville-Marie le 30 septembre. L’effet créé par cette illumination sur la côte de la rue Ste-Anne surplombant le lac Témiscamingue est on ne peut plus spectaculaire.

La marquise restaurée du Rift cinéma a été illuminée pour la première fois le 30 septembre à la brunante.
TC Media - Lucie Charest

«La marquise sera illuminée à 80 % tous les soirs. Les ampoules qui l’encadrent seront allumées exclusivement quand il y aura des spectacles à l’affiche, question d’ajouter un cachet festif», a indiqué Amélie Cordeau, directrice générale du Rift.
Cette restauration s’inscrit dans des rénovations importantes des bâtiments de l’ordre de 95 000 $ dont 8000 ont été alloués à la marquise. Il s’agit non seulement d’une restauration, mais aussi d’une modernisation et de l’ajout d’éclairage dans les lettres Cinéma bien assises sur le dessus de la marquise. «Nous souhaitions conserver son cachet vintage, sa construction date de 1945», a poursuivi Mme Cordeau. «Nous avons fait le pari de la restaurer au lieu de s’en défaire, même si ça a pris 12 ans à réaliser ce projet», a ajouté Réal Couture, président du Rift et de la Commission culturelle.
La restauration de la marquise a été réalisée par Gadi électrique qui a offert en commandite une contribution supplémentaire aux travaux exécutés. «Mon petit-fils, Jeffrey Gagnon, a fait beaucoup de recherches afin de trouver les technologies parfaites qui lui conserveraient son cachet tout en étant économiques et durables», a confié Claude Gagnon, propriétaire de l’entreprise.
Les exclamations d’émerveillement et les applaudissements ont fusé lorsque Vincent Vallières, qui s’apprêtait à donner son spectacle, et le maire, Bernard Flebus, ont actionné le mécanisme pour la première illumination. «Cette marquise fait partie du patrimoine et du charme de Ville-Marie, c’aurait vraiment été dommage de la laisser disparaître», a conclu M. Flebus.
 

Nous avons fait le pari de la restaurer au lieu de s’en défaire, même si ça a pris 12 ans à réaliser ce projet.

Réal Couture