Une première brigade culinaire à l’école D’Iberville

Publié le 20 mars 2017

©gracieuseté

Cette année, l’école D’Iberville a sa propre Brigade culinaire. Une initiative de Jézabel Pilote, anciennement propriétaire du bistro Jezz. Jézabel est appuyée par Marilou Corbeil, stagiaire à la vie étudiante, afin de guider la brigade qui compte 23 participants.

Par Renaud Simard (école D'Iberville)

Comme l’explique la chef responsable du projet, l’idée d’une brigade culinaire n’est pas son idée, mais lui a été proposée par un membre de l’Association des chefs à Montréal. L’organisme a décidé de démarrer un programme pour les jeunes du secondaire afin de les éduquer au niveau de l’alimentation. Le programme qui existe depuis quelques années ailleurs au

Québec veut aussi montrer comment récupérer la nourriture et comment cuisiner pour préparer les élèves à quand ils seront en appartement.

Pour Marilou, il s’agit de sensibiliser les jeunes à la saine alimentation, car ils n’ont pas toujours l’occasion d’avoir cela dans les écoles. «Je pense qu’avec les brigades, la Tablée des chefs offre vraiment cette occasion-là aux jeunes. C’est vraiment aussi de les sensibiliser, leur donner de l’autonomie et qu’ils puissent vivre une expérience en équipe tout en relevant des défis ensemble dans les écoles», a-t-elle dit.

Chaque mardi du mois, la brigade D’Iberville apprend de nouvelles façons de cuisiner sainement avec les groupes alimentaires. L’atelier de deux heures comprend la dégustation-découverte d’aliments sains pour nos jeunes cuistots et ils repartent, avec le fruit de leur travail, un repas sain et complet pour leur famille.

Participer à ce projet est aussi une source d’apprentissage pour les deux responsables. Comme Jézabel l’explique, «moi, j’adore la cuisine, c’est ma passion et ça parait, dit-elle en riant. J’aime travailler avec les jeunes et j’aime surtout éduquer les gens».

Pour Marilou, «je fais mes stages ici cette année, donc ça me donne une occasion d’être plus proche des jeunes D’Iberville et de créer des liens, de faire de l’intervention dans les équipes».

Les deux femmes ont la certitude de gagner à la fin de l’année, car il existe une certaine compétition dans le projet.

La brigade qui a le plus de points à la fin de l’année ira à un tournoi contre les autres brigades gagnantes de sa région et celle qui gagnera la finale locale aura la chance de faire une capsule gastronomique avec Ricardo.

«On espère bien remporter celle de la région au moins, disent-elles en riant. À Rouyn-Noranda, les jeunes sont vraiment impliqués dans leur équipe et la brigade. Ça parait qu’ils veulent réussir. Si on donne vraiment notre meilleur, on a notre chance de gagner le régional et ça je ne suis pas inquiète de cela. Je crois qu’on va avoir de belles surprises qui s’en viennent».