Sections

Elle mord dans la vie malgré son cancer du sein

  Julie Chouinard invite la population à courir pour la cause


Publié le 13 septembre 2017

Julie Chouinard resplendit de bonheur malgré son épreuve.

©Photo gracieuseté – Dany Chouinard

Atteinte d’un cancer du sein, Julie Chouinard mord dans la vie. Elle garde espoir de voir un jour cette fichue maladie perdre du terrain. Ambassadrice de la Course à la vie CIBC, elle invite la population à participer pour la cause.

L’activité régionale se tiendra à Val-d’Or pour un parcours de 1 ou 5 km à la course ou à la marche près du parc Bérard, en matinée le dimanche 1er octobre. Elle permet de recueillir de l’argent pour la Société canadienne du cancer, qui regroupe la Fondation canadienne du cancer du sein.

Mes six enfants sont âgés de 3 à 15 ans. J’espère, à travers cette maladie, leur avoir légué la force de ne pas se laisser aller, de ne pas avoir peur d’affronter les épreuves et de rester entourés

Julie Chouinard

«L’an dernier, nous avons amassé près de 55 000 $ grâce à environ 150 participants. À ce jour, nous avons seulement  25 inscriptions confirmées. Il faut attirer davantage de gens, des bénévoles et des commanditaires», souhaite la codirectrice de l’événement, Sophie Laflamme.

«On m’a approchée pour agir comme ambassadrice. Face à mon vécu, j’ai embarqué à pieds joints dans le projet. La cause demeure importante. Il y a de plus en plus de femmes touchées par le cancer du sein. Il faut se serrer les coudes et trouver un moyen qu’il y ait de moins en moins de ce cancer», espère Mme Chouinard.

Son monde s’écroule  

Julie Chouinard a reçu son diagnostic en juillet 2016. Elle a ensuite subi une chirurgie en août pour retirer deux masses et commencé les traitements de chimiothérapie en septembre l’an dernier.

«J’étais dévastée et j’ai vu mon monde exploser. La maladie me touche moi, mais également mon mari, mes six enfants, ma famille et mes amis. J’ai vu mes enfants avoir de la peine et je me sentais coupable de leur faire subir cela, se souvient-elle.

«Après le choc, on se prend en main, on se relève, on se retrousse les manches et on passe à travers. On prend conscience de la fragilité de la vie et comment on a encore de belles choses à vivre», philosophe celle qui habite à Val-d’Or, mais vient de Cadillac.

Espoir et force

Julie Chouinard entourée des siens.
Photo gracieuseté

«Lors de mon premier traitement, j’ai fait une rencontre extraordinaire. L’infirmière a demandé à une dame qui était plus loin dans la chimiothérapie de venir me parler. Elle s’est accroupie devant moi, a posé sa main sur la mienne, m’a regardée et m’a dit ¨Regarde, on peut passer à travers¨», relate Julie Chouinard.

Jusqu’en décembre, celle-ci continue des traitements de chimiothérapie légers afin de réduire les risques de récidive.

«Je vais me faire enlever les ovaires et j’ai pris la décision de faire l’ablation de mes deux seins. J’ai besoin de cette étape pour passer à autre chose, boucler la boucle et continuer à vivre et profiter de la vie, indique-t-elle.

«Mon mari m’adore et est resté debout et fort durant cette épreuve. Notre amour est solide et il m’a dit accepter mon choix. J’ai été chanceuse. J’ai le cancer alors que j’ai déjà fondé ma famille», conclut Mme Chouinard.  

 

La course

- Adulte: recueillir 150 $ ou payer 45 $ pour s’inscrire

- Jeune coureur: amasser 60 $ ou payer 45 $

- Enfant gratuit (pas de chandail de la course)

- Parc Bérard (2e Avenue près du Bureau de poste)

- Inscription à 8h, cérémonie à 9h, échauffement

- Départ 5 km à 9h45 (marche) et 10h (course)

- Départ 1 km à 10h15 course et marche

- Prix et cérémonie de fin: midi

- Cueillette des chandails, 29 septembre de 17h à 20h au 959, avenue des Érables (ceux inscrits d’avance)