Sections

Réactions des candidats à la mairie

Marc Lemay ne briguera le poste de maire de Rouyn-Noranda


Publié le 7 avril 2017

Provencher et Marquis réagissent différemment aux propos de Marc Lemay.

©TC Media - Archives

Les candidats déclarés à la mairie de Rouyn-Noranda, Mario Provencher et Philippe Marquis, ont réagi aux propos de Marc Lemay.

Celui qui a représenté la circonscription fédérale durant de nombreuses années était sollicité par de nombreux électeurs pour qu’il prenne les commandes de la Ville.

Sa décision de ne pas se présenter n’a pas été une surprise pour le maire actuel, Mario Provencher. « Il me l’avait dit l’été dernier. Quand on lit ses raisons, on peut comprendre. Il faut être prêt à donner son temps à 110% durant quatre ans », a-t-il dit.

Pendant ce temps, Philippe Marquis, conseiller de Ste-Bernadette, s’est amusé de cette sortie. « C’est probablement la seule personne à Rouyn-Noranda qui annonce qu’il ne se présentera pas! »

Rappelons que Marc Lemay avait tenu une conférence de presse pour la même raison aux dernières élections.

Sang neuf

Toutefois, M. Lemay a déploré l’absence de sang neuf.

«  […] je me questionne à savoir pourquoi personne à l’extérieur du conseil municipal ne s’est encore manifesté? […] Je suis convaincu qu’il y a des personnalités qui pourraient et devraient songer à s’investir […] »

« Ce sera intéressant, s’il y a une bataille d’idées, a reconnu M. Marquis, mais ça prend un certain temps à s’habituer à tous les dossiers. C’est sûr que ça prend un nouveau leadership et c’est ce que je veux assurer. »

« C’est la démocratie, aux dernières élections, il y a eu plusieurs candidats dans les quartiers, a rappelé M. Provencher. Est-ce que l’image des élus, avec tout ce qui s’est passé au cours des dernières années, a été ternie? »

Selon lui, ce n’est pas tout le monde qui souhaite être scruté à la loupe.

Manque de vison

M. Lemay a déploré le manque de vison de l’administration actuelle. «Rouyn-Noranda est une ville en plein essor qui aspire à attirer encore plus d’investissement afin de créer des emplois et de continuer son développement. Il faut donc un conseil dynamique et surtout, avec de la vision», a-t-il soutenu.

« Ce sont des commentaires de gérant d’estrade. Les gens ne sont au courant que de 15 à 20% des informations que nous détenons. Parfois, les choses ne semblent pas bouger, mais on ne peut pas en parler, pour des raisons contractuelles ou autres », a expliqué M. Provencher.

Il a ajouté que le dossier de l’aérogare avançait, mais que physiquement ça ne paraissait pas. « Ça peut donner l’impression que l’on manque de vison », a-t-il reconnu.

De son côté Philippe Marquis croit qu’il peut insuffler un nouvel élan. « Ça prend un leadership différent. Il faut être proactif, sans toujours attendre les réponses d’ailleurs. Dans le dossier du complexe multisport, par exemple, c’est réclamé par la population. Mais, on n’a pas encore de plan, donc il faut travailler avec les partenaires pour faire avancer ça, on pourrait obtenir des lettres d’intentions des organismes sportifs. Être proactif, c’est faire en sorte que ton dossier avance», a-t-il expliqué.