Les gens d’affaires perdent confiance en Luc Blanchette

«À Rouyn-Noranda, les dossiers n’avancent pas», déclare le président de la Chambre de commerce


Publié le 16 mars 2017

Pour Jean-Claude Loranger et les gens d'affaires, l'heure n'est plus à la discussion, mais à l'action.

©TC Media - Archives

«Force est de constater que le gouvernement libéral n’est pas un gouvernement pro-région.»

Il joue beaucoup son rôle de ministre, mais il ne joue pas beaucoup son rôle de député Jean-Claude Loranger

C’est ainsi que s’est exprimé Jean-Claude Loranger, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN). Il réagissait ainsi face à l’annonce par le gouvernement du Québec d’investissements de 47,6 M $ pour les aéroports du Nord-du-Québec. Pendant ce temps, rien à Rouyn-Noranda.

«Les gens d’affaires sont impatients. On trouve qu’à Rouyn-Noranda, les dossiers n’avancent pas. Ce n’est pas à cause du maire. Les gens trouvent que ça livre plus ailleurs qu’ici», s’est désolé M. Loranger.

Travail insuffisant envers ses électeurs

Pour lui, Luc Blanchette, député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, devrait travailler plus pour ses électeurs.

«M. Blanchette joue beaucoup son rôle de ministre, mais il ne joue pas beaucoup son rôle de député. Avant tout, il est député de la région. Il a donc le mandat de faire avancer les dossiers de celle-ci. C’est bien beau, le discours gouvernemental, mais ses électeurs, c’est ici qu’ils vivent», a soutenu M. Loranger.

Une aérogare qui se laisse désirer

Entre autres dossiers, les membres de la CCIRN réclament à hauts cris une nouvelle aérogare à Rouyn-Noranda, les installations actuelles étant désuètes.

«Lorsque l’on a reçu la visite du ministre Martin Coiteux, on a vu que le dossier n’était pas très engagé au niveau du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire», a confié le président de la CCIRN.

«Les gens d’affaires commencent à s’impatienter énormément. Depuis l’effort de rationalisation des dépenses du gouvernement libéral, on l’a vu dans La Frontière, il y a eu des pertes de 14 M $ en masse salariale au sein de la fonction publique, a dénoncé Jean-Claude Loranger. On peut penser que près de 60 % de ces pertes d’emplois ont été subies à Rouyn-Noranda. Rouyn-Noranda, c’est une ville de fonctionnaires. Le même phénomène se produit chez Hydro-Québec: on sent que des postes régionaux s’en vont vers Montréal.»

Promesses électorales

En 2014, l’agrandissement de l’aérogare et la construction d’un centre de radiothérapie étaient les deux principales promesses de Luc Blanchette à l’endroit de Rouyn-Noranda, deux dossiers qu’il connaissait très bien.

«Il a été président du conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux à l’époque où c’était encore l’Agence régionale et il sait très bien que ça prend deux accélérateurs linéaires de radiothérapie. Là, on nous parle d’un seul. C’était ses deux engagements électoraux. Les élections sont en novembre 2018 et on n’a toujours rien à ce niveau-là», a conclu M. Loranger.

Réponse de Luc Blanchette

Luc Blanchette était estomaqué d’entendre les propos qui ont été tenus à son endroit par Jean-Claude Loranger, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN).

L’agrandissement de l’aérogare représente un enjeu fondamental pour la CCIRN. «Bien honnêtement, je suis étonné des commentaires de M. Loranger. J’ai rencontré les gens de la Chambre de commerce et je les ai informés. Le dossier suit son cours. Nous aurons des annonces sous peu. Je continue de travailler sur le dossier et il avance très bien», a assuré le député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs et ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue.

Provencher espère une annonce pour Pâques

Jean-Claude Loranger soutenait que les dossiers semblaient cheminer plus rapidement ailleurs au Québec que dans la région. Par exemple, près de 58 M $ seront investis dans les aéroports de Chibougamau et du Nord-du-Québec. Toutefois, les sommes pour ce projet ne proviendraient pas de la même enveloppe gouvernementale que celle visée par Rouyn-Noranda.

«C’est le financement en lien avec le Plan Nord. On avait essayé d’y avoir accès, mais comme on n’est pas situé au nord du 49e parallèle, on ne peut profiter de cet argent. Ce financement ne met pas en péril le nôtre. Moi, j’espère une annonce pour Pâques», a expliqué Mario Provencher, maire de Rouyn-Noranda.

«Je continue à faire avancer le dossier et il y aura des annonces sous peu», a répété M. Blanchette.

Ministre vs député

Ce dernier n’a pas voulu réagir au commentaire de Jean-Claude Loranger à l’effet qu’il serait plus dévoué comme ministre envers son gouvernement que comme député envers ses électeurs.

Luc Blanchette n’a pas non plus voulu commenter le dossier de la radiothérapie et le nombre d’accélérateurs linéaires requis. «Je lui laisse ses commentaires. Il a le droit de les passer. Moi, je travaille mes dossiers et la radiothérapie, je l’ai à cœur. On devrait voir la construction débuter en 2018», a conclu Luc Blanchette.

Rappelons que le 23 mars 2012, le ministre libéral de la santé de l’époque, Yves Bolduc, avait confirmé la mise en place d’une unité de radiothérapie à Rouyn-Noranda. Il avait alors évoqué un horizon de cinq à sept ans pour la construction du centre, avec comme objectif de traiter les premiers patients en 2018.