Sections

Printemps de rêve pour Agnico Eagle


Publié le 11 août 2017

À la mine Lapa de Rivière-Héva, le développement de nouvelles zones a permis à Agnico Eagle de reporter au début de l’automne la fin prévue des opérations.

©Mines Agnico Eagle

Nouvelles zones très riches en or à Preissac, records de production à Malartic, prolongement de durée de vie à Rivière-Héva, atteinte de la production commerciale à Val-d’Or, le printemps 2017 aura été plus que favorable aux mines abitibiennes d’Agnico Eagle.

À la mine LaRonde, la production d’or a chuté de 4,1 %, passant de 75 159 onces au 30 juin 2016 à 72 090 onces un an plus tard. Cette diminution est essentiellement imputable à une réduction du tonnage conséquente à un arrêt de production planifié pour effectuer des travaux d’entretien du système de ventilation.

En contrepartie, Agnico Eagle a obtenu d’excellents résultats à la suite de travaux de forage réalisés au projet LaRonde 3, qui s’étend entre 3,1 et 3,7 km sous la surface. Parmi les meilleurs résultats figurent des teneurs en or de 23,7 et 22,1 grammes par tonne de minerai sur des épaisseurs de 10,9 mètres dans chacun des cas. Ces forages ont aussi rapporté des teneurs significatives en argent, en cuivre et en zinc. Un nouvel estimé des ressources du projet devrait être publié vers la fin de 2017.

Agnico Eagle poursuit également ses travaux en vue d’exploiter en mode souterrain l’ancienne fosse du projet LaRonde Zone 5. Les autorisations finales devraient être émises à la mi-2018.

La mine qui refuse de disparaître

À Lapa, l’échéancier pour cesser l’exploitation de la mine a de nouveau été reporté. Alors que celle-ci devait terminer ses activités au début de 2017, les travaux devraient maintenant se prolonger jusqu’au début de l’automne grâce au développement de nouvelles zones. Agnico Eagle a d’ailleurs révisé à la hausse ses prévisions de production, faisant passer celles-ci de 30 000 à 40 000 onces d’or.

Conséquence directe de l’épuisement du gisement, la production d’or a continué de décroître, passant de 21 914 onces au 30 juin 2016 à 15 881 onces un an plus tard. De plus, en raison des faibles résultats, Agnico Eagle a convenu de cesser l’exploration souterraine de la propriété adjacente Pandora.

Encore un record à Malartic

La mine Canadian Malartic, dont Agnico Eagle partage les intérêts avec Yamana Gold, a quant à elle enregistré un record de production trimestrielle avec 165 018 onces d’or (ou 82 509 onces pour la portion détenue par la société). Il s’agit d’un bond de 13,8 % par rapport aux 145 004 onces d’or (72 502 onces) déclarées un an plus tôt.

En marge de la déviation de la route 117, prérequis pour la mise en exploitation du gisement Barnat à l’est de la fosse Canadian Malartic, les travaux se poursuivent pour évaluer le potentiel d’exploitation de zones satellites au sud de la mine et du projet Odyssey, à 1,5 km à l’est. À ce jour, les forages ont rapporté des résultats prometteurs.

Deep 1 en production commerciale

À Goldex, le projet Deep 1 a atteint le stade de la production commerciale le 1er juillet. Et déjà, Agnico Eagle évalue la possibilité de miner une partie de la zone Deep 2, localisée sous Deep 1, à 1,2 km sous terre. Un deuxième secteur, la Zone Sud, pourrait aussi éventuellement alimenter l’usine de Goldex, tout comme la propriété adjacente Joubi, où des travaux d’évaluation ont actuellement lieu. Quant au projet Akasaba Ouest, situé à 30 km à l’est de la mine, son exploitation devrait débuter en 2019.

Au deuxième trimestre de 2017, Goldex a déclaré une production trimestrielle de 24 691 onces d’or. Cette baisse de 21,5 % par rapport aux 31 452 onces d’or déclarées un an plus tôt s’explique par la réduction du tonnage et par les travaux de développement de la zone Deep 1.