Sections

Minuit moins une pour Autobus Maheux

De nombreuses liaisons pourraient fermer


Publié le 26 juillet 2017

L’avenir du transport en commun régional est en jeu.

©TC Media - Archives/Thierry de Noncourt

Les préfets de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue (CPAT) veulent rencontrer le ministre des Transports, Laurent Lessard pour discuter d’une aide financière d’urgence pour le transport collectif interurbain en région.

Autobus Maheux réclame une aide financière depuis de nombreuses années. La situation est insupportable, le transporteur ne peut plus assumer seul les liaisons déficitaires.

Les préfets espèrent obtenir une aide financière d’urgence pour passer à travers la crise actuelle en plus de chercher à trouver une solution durable à ce problème récurrent.

Faire comme aux Îles

La Chambre de commerce et d’Industrie de Rouyn-Noranda (CCIRN) s’est impliquée dans le débat en mettant de l’avant la solution que la Gaspésie et les Îles de la Madeleine ont adoptée. Bien que la CCIRN appuie sans réserve Autobus Maheux dans sa quête pour obtenir une aide d’urgence. L’organisme souhaite une solution à plus long terme.

« Ce problème resurgit par intermittence depuis quelques années et une solution doit être mise en place pour régler définitivement la situation », a dit Jean-Claude Loranger président de la CCIRN.

Ainsi, une Régie intermunicipale de transport a été mise en place pour desservir les 37 municipalités de la région en plus des Îles.

La Régie est autonome financièrement grâce à un retour de taxe sur l’essence et à une subvention du gouvernement.

« Nos populations sont vieillissantes et elles auront de plus en plus besoin de transports publics; s’inspirer de la réussite de la région Gaspésie–Iles-de-la-Madeleine pourrait être la solution qui répondrait à leurs besoins et maintiendrait la viabilité d’Autobus Maheux, a soutenu M. Loranger.

Service aux plus vulnérables

Le transport en commun est parfois le seul moyen de transport et d’accès au noyau urbain pour des personnes en milieu rural.

« N’oublions pas que les clientèles les plus susceptibles d’utiliser ce type de transport sont souvent les familles monoparentales, les jeunes, les personnes à mobilité réduite, les personnes âgées, les personnes sans emploi ou encore les personnes devant se rendre dans les grands centres afin de recevoir des soins médicaux spécialisés. C’est particulièrement au regard de la vulnérabilité de cette population face aux problématiques de transport que nous sollicitons une rencontre avec le ministre Laurent Lessard », a déclaré Mario Provencher, président de la CPAT.

Ruralité et occupation du territoire

Pour une région comme le Témiscamingue, le transport collectif est essentiel. C’est un lien entre les villages et les villes, il permet de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées et offre une solution de transport à ceux qui n’ont pas d’autre moyen.

« Comme préfet d’une MRC où la ruralité est omniprésente, je pense qu’il est essentiel de trouver des solutions afin de régler cette situation. Je pense que le transport interurbain dans la région est parfois l’élément déterminant quant au choix d’une personne âgée de demeurer ou non dans son milieu de vie. Je pense aussi que le gouvernement doit envisager des solutions adaptées au contexte régional », a souligné Arnaud Warolin, préfet de la MRC de Témiscamingue.