« Pire que des cônes orange sur la route, c’est pas de cônes orange »


Publié le 7 mars 2017

Il faut s’attendre à voir des cônes orange cet été.

©TC Media - Archives- Thierry de Noncourt

Luc Blanchette, député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et ministre régional a annoncé des investissements de 196 M$, entre 2017 et 2019, pour les routes de la région, en présence de Guy Bourgeois, député d’Abitibi-Est, à Rouyn-Noranda, le 7 mars.

L’an dernier, c’était 200 millions qui étaient annoncés pour les routes de la région. L’annonce a été faite dans les locaux du ministère des Transports, de la mobilité durable et de l’Électrification des transports du Québec (MTMDET), à Rouyn-Noranda.

Ainsi, M. Blanchette a rappelé à ses concitoyens qu’il allait y avoir de nombreux cônes orange, cet été. « Il y aura des travaux majeurs. Vous savez ce qu’il y a de pire que des cônes orange sur la route, c’est pas de cône orange sur la route », a dit le ministre, citant Robert Poëti.

1 200 travailleurs, 56 chantiers

Notons les chantiers d’intérêt principaux. Il y aura des travaux d’asphaltage sur l’avenue Larivière et le remplacement d’un feu de circulation à Rouyn-Noranda. Il y aura des travaux de réfection de la chaussée sur la route 111 à l’ouest de Taschereau et la des travaux de réfection de la chaussée sur la route 393 à Duparquet.

« Pendant toute la durée des travaux, plus de 1 200 travailleurs seront à l’œuvre sur les 56 chantiers que comptera notre région. À terme, l’argent investi contribuera justement à améliorer la fluidité de la circulation, la sécurité routière et la qualité de vie en Abitibi-Témiscamingue », a dit Luc Blanchette.

Pas de nouvelle voie de dépassement pour le moment

Questionné en lien avec les nombreux décès à survenir sur la route 117, particulièrement à la lumière de la série  La Route des croix, dont le premier épisode traitait de la 117, M. Blanchette a reconnu qu’aucune nouvelle voie de dépassements n’allait être aménagée en 2017.

Yves Coutu, directeur territorial MTQ Abitibi-Témiscamingue, a souligné que 80% des accidents sont causés par le comportement humain. Rappelons qu’il y a de nombreuses mines et autres installations industrielles le long de la route 117 et que de nombreux travailleurs et véhicules lourds l’empruntent quotidiennement.

« Sur la route 117, nous avons aménagé deux voies de dépassement. Il y en a une troisième qui sera incluse dans la courbe du lac Brière et deux autres seront complétées par la suite », a-t-il dit. Le ministre a aussi reconnu la problématique.

« Il y a beaucoup de ressources naturelles qui transitent par cette route. C’est vraiment important, surtout que c’est la route transcanadienne qui va vers l’ouest. Pour les voies de dépassement, il y en avait deux qui avaient été promises, on travaille là-dessus, maintenant, ça ne fait pas partie de cette annonce-ci », a dit M. Blanchette.

L’installation de vibreurs causerait aussi problème puisque la route 117 fait partie de la route verte et qu’elle est utilisée par de nombreux cyclistes pour qui les vibreurs pourraient représenter une nuisance.

Des ponts plus vieux en région

M Coutu a dressé rapidement un portait des critères qui déterminent où seront effectués les travaux d’année en année. Le ministère évalue l’indice de roulement, l’indice de fissuration,  et âge de l’ouvrage en plus d’autres critères. « Nous avons une programmation établie en fonction des besoins. Il y a beaucoup de travaux qui s’en viennent sur les ponts, l’âge moyen de nos ponts est de 48 ans, comparativement à 38 ans à travers le Québec. En effet, six chantiers sont prévus sur des ponts de la région.

Voie de contournement; horizon 2018

Le chantier de la voie de contournement continue de progresser, selon Yves Coutu, directeur territorial Abitibi-Témiscamingue. Les travaux avancent très bien. Ce qui est prévu, c’est de livrer la voie de contournement à la fin 2018 », a-t-il dit. Selon lui, l’échéancier et les coûts prévus sont respectés et il ne devrait pas y avoir de surprise.