La mine Francoeur n’a pas encore livré sa dernière once d’or

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 8 mars 2016

Le 29 novembre 2012, Mines Richmont avait annoncé la fermeture immédiate de la mine Francoeur, expliquant qu’elle n’était parvenue à trouver aucune solution pour rendre le projet économiquement viable dans le contexte économique d’alors. L’entreprise avait également annoncé la suspension des activités d’exploration sur la propriété Wasamac, située à environ 7 km à l’est de Francoeur. Au total, 150 travailleurs avaient été mis à pied.

©Photo gracieuseté - Entreprises minières Globex

Fermée depuis le 29 novembre 2012, la mine Francoeur à Arntfield pourrait reprendre éventuellement du service. Les Entreprises minières Globex de Rouyn-Noranda viennent en effet de conclure une entente avec le propriétaire actuel, Mines Richmont, en vue d’en acquérir les actifs. Et avec l’intention d’en explorer le potentiel en profondeur.

La transaction comprend toutes les infrastructures de surface et souterraines de la mine Francoeur, l’ancienne mine Arntfield, située à moins de 2 km à l’est, ainsi que onze propriétés adjacentes couvrant une superficie de 1866 hectares sur une distance de 7 km entre la mine Francoeur et l’ancienne mine Wasa Lake.

Excellent potentiel d’exploration

Globex considère qu’il existe un excellent potentiel d’exploration en profondeur sous les mines Francoeur et Arntfield. Des ressources mesurées et indiquées de 66 000 onces d’or ainsi que des ressources présumées de 4150 onces d’or avaient été identifiées par Richmont pour Francoeur. Cependant, comme ces données n’ont pas été vérifiées par Globex, elles doivent être considérées comme historiques pour le moment.

Quant à la mine Arntfield, celle-ci a été en opération de 1935 à 1942. Au cours de cette période, on y a extrait 61 068 onces d’or et 16 002 onces d’argent à partir de trois puits qui descendaient à des profondeurs respectives de 76, 305 et 328 mètres. En 1991, une ressource historique comportant 98 512 onces d’or, la plus récente à ce jour, avait été rapportée.

Redevances et restauration

La transaction est assortie d’une redevance sur le rendement net de fonderie (NSR) de 1,5 % que Globex versera à Richmont sur l’ancienne mine Francoeur et la propriété adjacente Arncoeur jusqu’à un total de 1,3 M $. Par la suite, la redevance NSR sera abaissée à 0,5 %.

Globex s’est aussi engagée à assumer la responsabilité de la fermeture de la mine Francoeur et de la restauration du site. Celles-ci avaient été évaluées à 628 175 $, desquels 471 132 $ avaient déjà été déposés par Richmont au gouvernement du Québec. Globex versera les 157 043 $ restants d’ici le mois d’août.

En manchette

Des rues fermées durant Osisko en lumière

L’organisation du festival pyromusical Osisko en lumière avise la population que certaines rues seront barrées durant la tenue de l’événement, tout comme une partie de la piste cyclable. Un service de navette sera offert gratuitement pour remédier à la situation.

Rachel St-Onge est désignée cycliste abitibienne de la relève

Les cyclistes de la région ont récolté sept podiums durant le Tour de la Relève. L’Amossois Rachel St-Onge a pour sa part été désigné athlète abitibienne par excellence de cet évènement. Plus d’une quarantaine de cyclistes de la région y ont participé.

La mine Francoeur n’a pas encore livré sa dernière once d’or

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 8 mars 2016

Le 29 novembre 2012, Mines Richmont avait annoncé la fermeture immédiate de la mine Francoeur, expliquant qu’elle n’était parvenue à trouver aucune solution pour rendre le projet économiquement viable dans le contexte économique d’alors. L’entreprise avait également annoncé la suspension des activités d’exploration sur la propriété Wasamac, située à environ 7 km à l’est de Francoeur. Au total, 150 travailleurs avaient été mis à pied.

©Photo gracieuseté - Entreprises minières Globex


Fermée depuis le 29 novembre 2012, la mine Francoeur à Arntfield pourrait reprendre éventuellement du service. Les Entreprises minières Globex de Rouyn-Noranda viennent en effet de conclure une entente avec le propriétaire actuel, Mines Richmont, en vue d’en acquérir les actifs. Et avec l’intention d’en explorer le potentiel en profondeur.

La transaction comprend toutes les infrastructures de surface et souterraines de la mine Francoeur, l’ancienne mine Arntfield, située à moins de 2 km à l’est, ainsi que onze propriétés adjacentes couvrant une superficie de 1866 hectares sur une distance de 7 km entre la mine Francoeur et l’ancienne mine Wasa Lake.

Excellent potentiel d’exploration

Globex considère qu’il existe un excellent potentiel d’exploration en profondeur sous les mines Francoeur et Arntfield. Des ressources mesurées et indiquées de 66 000 onces d’or ainsi que des ressources présumées de 4150 onces d’or avaient été identifiées par Richmont pour Francoeur. Cependant, comme ces données n’ont pas été vérifiées par Globex, elles doivent être considérées comme historiques pour le moment.

Quant à la mine Arntfield, celle-ci a été en opération de 1935 à 1942. Au cours de cette période, on y a extrait 61 068 onces d’or et 16 002 onces d’argent à partir de trois puits qui descendaient à des profondeurs respectives de 76, 305 et 328 mètres. En 1991, une ressource historique comportant 98 512 onces d’or, la plus récente à ce jour, avait été rapportée.

Redevances et restauration

La transaction est assortie d’une redevance sur le rendement net de fonderie (NSR) de 1,5 % que Globex versera à Richmont sur l’ancienne mine Francoeur et la propriété adjacente Arncoeur jusqu’à un total de 1,3 M $. Par la suite, la redevance NSR sera abaissée à 0,5 %.

Globex s’est aussi engagée à assumer la responsabilité de la fermeture de la mine Francoeur et de la restauration du site. Celles-ci avaient été évaluées à 628 175 $, desquels 471 132 $ avaient déjà été déposés par Richmont au gouvernement du Québec. Globex versera les 157 043 $ restants d’ici le mois d’août.