L’avenir minier en 15 formations

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 5 février 2016

Parmi les formations qui seront les plus en demande en 2016, outre les classiques Génie géologique et Technologie minérale, on retrouve aussi la Mécanique de machines fixes, en formation professionnelle.

©Photo TC Media - Archives/Patrick Rodrigue

Avec des taux d’emploi qui dépassent les 90 %, le génie géologique, la technologie minérale et la mécanique de machines fixes demeurent les formations qui présentent les meilleures perspectives au niveau de l’emploi dans les mines en 2016.

Dans quelques jours, les élèves de secondaire 5 devront choisir leur programme de formation. Histoire de montrer l’éventail des possibilités de carrières dans le domaine minier, l’Institut national des mines du Québec (INMQ) a convenu de dresser la liste des programmes de formation les plus en demande par les employeurs.

Cinq formations arrivent en tête dans la formation professionnelle: Mécanique de machines fixes, Mécanique d’engins de chantier, Mécanique de véhicules lourds routiers, Extraction du minerai et Conduite de machines de traitement du minerai. En 2013, année la plus récente pour les statistiques disponibles, le taux d’emploi pour ces formations allait de 93,4 % à 80 %.

Au niveau collégial, la Technologie minérale arrive en tête, avec un taux d’emploi en 2014 de 95,2 %. Ce programme est suivi de la Technologie de maintenance industrielle, de la Technologie du génie civil, de la Technologie de l’électronique industrielle et des Techniques de génie mécanique. Les taux d’emploi vont de 90,5 % à 85 %.

Enfin, au niveau universitaire, les programmes aux meilleures perspectives, selon les données de 2013, sont le Génie géologique (taux d’emploi de 94,4 %), le Génie minier (93,8 %) ainsi que le Génie métallurgique et des métaux (90,9 %).

L’INMQ a aussi inclus les Sciences de la terre et la Géologie dans le palmarès des formations universitaires, avec des taux d’emploi respectifs de 100 % et 90,9 %. Cependant, elles présentaient aussi, en 2013, des taux de chômage de 33,3 % et 21,4 %. La décision de les inclure a été justifiée par le fait que 40 % des diplômés en Sciences de la terre et 25 % des diplômés en Géologie se sont déclarés aux études.

Le palmarès complet et les détails entourant chaque programme sont disponibles sur le site internet de l’INMQ, au www.inmq.gouv.qc.ca/actualite/290.

En manchette

Vol d’essence et poursuite policière sur la route 113

Une poursuite policière à haute vitesse a eu lieu sur la route 113, dans la municipalité de la Baie-James, le jeudi 25 août vers 16h45. Le suspect aurait volé de l’essence à Chibougamau et a été intercepté au nord de Lebel-sur-Quévillon.

Le FCIAT dédie sa 35e édition à André Melançon

Bien avant que l’on apprenne le décès d’André Melançon, l’équipe du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue désirait honorer les grands noms du cinéma afin de souligner comme il se doit sa 35e édition. Devant les circonstances, l’équipe a choisi de la dédier à ce fidèle ami du Festival, qui nous a quittés le 23 août.

L’avenir minier en 15 formations

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 5 février 2016

Parmi les formations qui seront les plus en demande en 2016, outre les classiques Génie géologique et Technologie minérale, on retrouve aussi la Mécanique de machines fixes, en formation professionnelle.

©Photo TC Media - Archives/Patrick Rodrigue


Avec des taux d’emploi qui dépassent les 90 %, le génie géologique, la technologie minérale et la mécanique de machines fixes demeurent les formations qui présentent les meilleures perspectives au niveau de l’emploi dans les mines en 2016.

Dans quelques jours, les élèves de secondaire 5 devront choisir leur programme de formation. Histoire de montrer l’éventail des possibilités de carrières dans le domaine minier, l’Institut national des mines du Québec (INMQ) a convenu de dresser la liste des programmes de formation les plus en demande par les employeurs.

Cinq formations arrivent en tête dans la formation professionnelle: Mécanique de machines fixes, Mécanique d’engins de chantier, Mécanique de véhicules lourds routiers, Extraction du minerai et Conduite de machines de traitement du minerai. En 2013, année la plus récente pour les statistiques disponibles, le taux d’emploi pour ces formations allait de 93,4 % à 80 %.

Au niveau collégial, la Technologie minérale arrive en tête, avec un taux d’emploi en 2014 de 95,2 %. Ce programme est suivi de la Technologie de maintenance industrielle, de la Technologie du génie civil, de la Technologie de l’électronique industrielle et des Techniques de génie mécanique. Les taux d’emploi vont de 90,5 % à 85 %.

Enfin, au niveau universitaire, les programmes aux meilleures perspectives, selon les données de 2013, sont le Génie géologique (taux d’emploi de 94,4 %), le Génie minier (93,8 %) ainsi que le Génie métallurgique et des métaux (90,9 %).

L’INMQ a aussi inclus les Sciences de la terre et la Géologie dans le palmarès des formations universitaires, avec des taux d’emploi respectifs de 100 % et 90,9 %. Cependant, elles présentaient aussi, en 2013, des taux de chômage de 33,3 % et 21,4 %. La décision de les inclure a été justifiée par le fait que 40 % des diplômés en Sciences de la terre et 25 % des diplômés en Géologie se sont déclarés aux études.

Le palmarès complet et les détails entourant chaque programme sont disponibles sur le site internet de l’INMQ, au www.inmq.gouv.qc.ca/actualite/290.