Un guide pour transformer la boue en or

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 29 janvier 2016

Selon l’URSTM, les boues de traitement minier pourraient être avantageusement utilisées pour mieux contrôler le drainage minier acide. Par exemple, le site minier orphelin Manitou, à l’est de Val-d’Or, est en voie d’être restauré grâce à l’utilisation des résidus d’usinage de la mine Goldex d’Agnico Eagle.

©Photo TC Media - Archives/Patrick Rodrigue

Grâce au travail de l’Unité de recherche et service en technologie minérale (URSTM) de l’UQAT, les mines du Québec pourraient bientôt jouer aux alchimistes et transformer la boue en or.

En partenariat avec la société minière Iamgold et la firme Golder Associés, l’URSTM a effectué des recherches sur les manières de valoriser les boues de traitement pour mieux contrôler le drainage minier acide. De la sorte, non seulement ces rejets pourront restaurer certains sites miniers, mais ils seront eux-mêmes valorisés au lieu de devoir, eux aussi, faire l’objet d’une restauration.

Il en a résulté un guide d’orientation. Comptant moins d’une quarantaine de pages, l’ouvrage présente dans un langage clair les différents essais de laboratoire et les expérimentations sur le terrain recommandés pour évaluer le potentiel de valorisation des boues de traitement de chaque site minier. Un schéma décisionnel très simple comportant une série de questions à répondre complète le tout.

Le guide, qui s’adresse aussi bien aux exploitations minières qu’aux entreprises de services en environnement minier et à toute personne qui s’intéresse à ce domaine, est disponible gratuitement en accès limité sur l’intranet du Groupe MISA, au www.legroupemisa.com/intranet. Le code d’accès est: Boues

En manchette

Un guide pour transformer la boue en or

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 29 janvier 2016

Selon l’URSTM, les boues de traitement minier pourraient être avantageusement utilisées pour mieux contrôler le drainage minier acide. Par exemple, le site minier orphelin Manitou, à l’est de Val-d’Or, est en voie d’être restauré grâce à l’utilisation des résidus d’usinage de la mine Goldex d’Agnico Eagle.

©Photo TC Media - Archives/Patrick Rodrigue


Grâce au travail de l’Unité de recherche et service en technologie minérale (URSTM) de l’UQAT, les mines du Québec pourraient bientôt jouer aux alchimistes et transformer la boue en or.

En partenariat avec la société minière Iamgold et la firme Golder Associés, l’URSTM a effectué des recherches sur les manières de valoriser les boues de traitement pour mieux contrôler le drainage minier acide. De la sorte, non seulement ces rejets pourront restaurer certains sites miniers, mais ils seront eux-mêmes valorisés au lieu de devoir, eux aussi, faire l’objet d’une restauration.

Il en a résulté un guide d’orientation. Comptant moins d’une quarantaine de pages, l’ouvrage présente dans un langage clair les différents essais de laboratoire et les expérimentations sur le terrain recommandés pour évaluer le potentiel de valorisation des boues de traitement de chaque site minier. Un schéma décisionnel très simple comportant une série de questions à répondre complète le tout.

Le guide, qui s’adresse aussi bien aux exploitations minières qu’aux entreprises de services en environnement minier et à toute personne qui s’intéresse à ce domaine, est disponible gratuitement en accès limité sur l’intranet du Groupe MISA, au www.legroupemisa.com/intranet. Le code d’accès est: Boues