Tembec et l’ABAT s’entendent sur les normes d’intervention en forêt

Marc-André Gemme marc-andre.gemme@tc.tc Publié le 6 octobre 2015

Tembec s’est entendu avec l’ABAT afin d’améliorer ses méthodes de travail sur les territoires considérés comme ayant une haute valeur de conservation.

©Photo TC Media – Marc-André Gemme

L’Action boréale Abitibi-Témiscamingue (l’ABAT) s’est entendue avec l’entreprise forestière Tembec pour qu’ils puissent récolter 20 000 mètres cubes de bois.

L’entente devrait permettre à Tembec d’exploiter un secteur dans la région du Kanasuta, dans la MRC de Rouyn-Noranda. Ce secteur est d’ailleurs privilégié par l’ABAT comme candidat pour devenir une aire protégée.

Dans l’entente, les deux parties se sont entendues pour modifier les normes d’intervention en forêt. Ces nouvelles pratiques forestières adaptées sont complémentaires aux normes prescrites par le ministère des Forêts, Faune et Parcs (MFFP) pour le territoire Kanasuta.

Cette entente va permettre à Tembec de continuer l’exploitation forestière dans les forêts ou l’entreprise détient des droits, tout en minimisant son impact sur le territoire.  «C’est un exemple d’initiative conjointe où la préservation de la biodiversité des écosystèmes forestiers et la récolte de la ressource forestière comme retombée économique, peuvent cohabiter», a expliqué Geneviève Labrecque, directrice foresterie pour le Québec, chez Tembec.

Quatre actions priorisées

Dès l’été 2015, Tembec s’engage entre autres à accorder une attention particulière aux milieux humides lors de ses opérations forestières. De cette manière, l’entreprise va s’assurer de protéger les aulnaies, les dénudés humides et les cédrières.

L’entreprise va également s’assurer de garder une bande riveraine d’au moins 60 mètres, le long de certains lacs à villégiature.

Afin d’assurer la préservation d’éléments de biodiversité, Tembec s’engage à maintenir des bouquets d’arbres à des endroits propices.

Finalement, conjointement avec le MFFP, l’entreprise va étudier la possibilité de fermer les nouveaux accès ou nouveaux tronçons de chemins forestiers une fois que les travaux sylvicoles seront terminés.

En manchette

L'Amossoise Kate Doyon dans le top 5 canadien

L'Amossoise Kate Doyon a poursuivi sa progression fulgurante en fitness de catégorie bikini, raflant la 5e place aux championnats nationaux de la Canadian Bodybuilding Federation, disputés le 25 juin à Moncton au Nouveau-Brunswick.

Tembec et l’ABAT s’entendent sur les normes d’intervention en forêt

Marc-André Gemme marc-andre.gemme@tc.tc Publié le 6 octobre 2015

Tembec s’est entendu avec l’ABAT afin d’améliorer ses méthodes de travail sur les territoires considérés comme ayant une haute valeur de conservation.

©Photo TC Media – Marc-André Gemme


L’Action boréale Abitibi-Témiscamingue (l’ABAT) s’est entendue avec l’entreprise forestière Tembec pour qu’ils puissent récolter 20 000 mètres cubes de bois.

L’entente devrait permettre à Tembec d’exploiter un secteur dans la région du Kanasuta, dans la MRC de Rouyn-Noranda. Ce secteur est d’ailleurs privilégié par l’ABAT comme candidat pour devenir une aire protégée.

Dans l’entente, les deux parties se sont entendues pour modifier les normes d’intervention en forêt. Ces nouvelles pratiques forestières adaptées sont complémentaires aux normes prescrites par le ministère des Forêts, Faune et Parcs (MFFP) pour le territoire Kanasuta.

Cette entente va permettre à Tembec de continuer l’exploitation forestière dans les forêts ou l’entreprise détient des droits, tout en minimisant son impact sur le territoire.  «C’est un exemple d’initiative conjointe où la préservation de la biodiversité des écosystèmes forestiers et la récolte de la ressource forestière comme retombée économique, peuvent cohabiter», a expliqué Geneviève Labrecque, directrice foresterie pour le Québec, chez Tembec.

Quatre actions priorisées

Dès l’été 2015, Tembec s’engage entre autres à accorder une attention particulière aux milieux humides lors de ses opérations forestières. De cette manière, l’entreprise va s’assurer de protéger les aulnaies, les dénudés humides et les cédrières.

L’entreprise va également s’assurer de garder une bande riveraine d’au moins 60 mètres, le long de certains lacs à villégiature.

Afin d’assurer la préservation d’éléments de biodiversité, Tembec s’engage à maintenir des bouquets d’arbres à des endroits propices.

Finalement, conjointement avec le MFFP, l’entreprise va étudier la possibilité de fermer les nouveaux accès ou nouveaux tronçons de chemins forestiers une fois que les travaux sylvicoles seront terminés.