L’UQAT et la France développeront un sans-fil adapté au Nord

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 2 octobre 2015

Le projet de recherche réalisé conjointement par l’UQAT et l’Université Blaise-Pascal sera notamment utile dans le Grand Nord. Sur la photo, travaux à la mine Raglan, dans le Nunavik.

©Photo gracieuseté - Glencore Canada Mine Raglan

Après les communications souterraines, l’UQAT développera un système permettant les communications sans fil en milieu nordique isolé. Pour ce faire, l’université régionale collaborera avec des chercheurs de la France.

D’une durée de deux ans, ce projet a été confié à Nadir Hakem, professeur au Laboratoire de recherche Télébec en communications souterraines. L’expertise de l’UQAT dans la propagation des ondes radio dans des milieux complexes trouvera son écho dans celle de l’Université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand, dont les travaux sont centrés sur la conception, la simulation et l’expérimentation de protocoles pour les réseaux sans fil.

Les travaux porteront sur l’élaboration d’un système de communication sans fil pour les milieux peu équipés en infrastructures, difficiles d’accès et généralement mal adaptés aux conditions météorologiques qui perturbent la propagation des ondes radio. Celui-ci pourra ensuite servir à diverses applications, dont la surveillance des changements climatiques, des feux de forêt, des barrages hydroélectriques ou encore des cours d’eau.

Le projet bénéficiera d’un financement de près de 10 000 $ accordé par la Commission permanente de coopération franco-québécoise, dans le cadre du programme Samuel-de-Champlain. Ce dernier vise à assurer le rayonnement scientifique et technologique du Québec et de la France tout en garantissant la complémentarité des expertises.

En manchette

La région repart des Jeux d'été avec 15 médailles

Menée par Sophie Prévost, l'Abitibi-Témiscamingue est repartie de la 51e Finale provinciale des Jeux du Québec avec un total de 15 médailles, soit 3 de plus que l'objectif fixé par la délégation avant de partir pour cet événement, qui était présenté du 17 au 25 juillet à Montréal.

Mario Provencher souhaite une augmentation de 10 000$

Le maire de Rouyn-Noranda Mario Provencher pourrait bien voir son salaire passer de près de 90 000$ à plus de 100 000$. Un avis de motion a été voté à la majorité par le conseil. Ce qui porterait son salaire au maximum permis pour une MRC de la taille de Rouyn-Noranda.

L’UQAT et la France développeront un sans-fil adapté au Nord

Patrick Rodrigue patrick.rodrigue@tc.tc Publié le 2 octobre 2015

Le projet de recherche réalisé conjointement par l’UQAT et l’Université Blaise-Pascal sera notamment utile dans le Grand Nord. Sur la photo, travaux à la mine Raglan, dans le Nunavik.

©Photo gracieuseté - Glencore Canada Mine Raglan


Après les communications souterraines, l’UQAT développera un système permettant les communications sans fil en milieu nordique isolé. Pour ce faire, l’université régionale collaborera avec des chercheurs de la France.

D’une durée de deux ans, ce projet a été confié à Nadir Hakem, professeur au Laboratoire de recherche Télébec en communications souterraines. L’expertise de l’UQAT dans la propagation des ondes radio dans des milieux complexes trouvera son écho dans celle de l’Université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand, dont les travaux sont centrés sur la conception, la simulation et l’expérimentation de protocoles pour les réseaux sans fil.

Les travaux porteront sur l’élaboration d’un système de communication sans fil pour les milieux peu équipés en infrastructures, difficiles d’accès et généralement mal adaptés aux conditions météorologiques qui perturbent la propagation des ondes radio. Celui-ci pourra ensuite servir à diverses applications, dont la surveillance des changements climatiques, des feux de forêt, des barrages hydroélectriques ou encore des cours d’eau.

Le projet bénéficiera d’un financement de près de 10 000 $ accordé par la Commission permanente de coopération franco-québécoise, dans le cadre du programme Samuel-de-Champlain. Ce dernier vise à assurer le rayonnement scientifique et technologique du Québec et de la France tout en garantissant la complémentarité des expertises.