Sections

Chazel inaugure la Route du patrimoine forestier


Publié le 13 septembre 2017

Plusieurs sculptures géantes, réalisées par Émilien Bélanger vous attendent sur la Route du patrimoine forestier.

©Photo TC Media - Marc-André Gemme

La municipalité de Chazel, située en Abitibi-Ouest espère attirer des touristes de ses limites grâce à un nouveau parcours touristique qui parle de l’importance de l’industrie forestière.

«On n’avait pas vraiment d’attraits touristiques dans notre municipalité alors on a cherché des idées qui nous permettraient de nous démarquer, a expliqué le maire de Chazel, Daniel Favreau. C’est alors que Marcel nous est arrivé avec l’idée de faire une route forestière, on a trouvé l’idée très bonne et c’est devenu un très beau projet. J’en suis très fier et j’aimerais que notre chemin devienne un attrait incontournable en Abitibi-Ouest.»

La route

Marcel Bouchard présente le tracé de la Route forestière.
Photo TC Media - Marc-André Gemme

«En travaillant sur le 75e anniversaire de Chazel, on s’est rendu compte que l’industrie forestière avait joué un rôle très important dans notre histoire», a expliqué l’instigateur du projet, Marcel Bouchard.

La route, qui longe le 1er et 10e Rang Est est le rang qui compte le plus de plantations d’arbres en Abitibi-Ouest. «Sur 124 lots, 90 comptent des plantations, vous ne verrez pas ça ailleurs», a affirmé M. Bouchard.

Les visiteurs pourront arrêter à cinq endroits différents ou ils trouveront une vingtaine de panneaux contenant des bouts d’histoire et pourront admirer des sculptures géantes faites par Émilien Bélanger.

Une industrie touristique en essor

«Chaque fois que l’Abitibi-Ouest réussi à arrêter l’intérêt pour additionner des éléments de nouveauté, bien c’est un plus pour ce que nous sommes, a souligné le député François Gendron. On a toujours été identifié par nos mines, notre industrie forestière et par l’agriculture, mais récemment on a également ajouté le tourisme et la culture. On ne se trompe jamais lorsqu’on fait appel aux valeurs patrimoniales et à notre histoire parce que nos bâtisseurs étaient tellement déterminés, qu’il faut constamment retourner à nos sources pour savoir où l’on s’en va.»