Sections

Cueillir ses légumes à deux pas du centre-ville


Publié le 11 août 2017

Il est possible de cueillir ses légumes dans la serre du Centre Jardin Lac Pelletier.

©TC Media - Anne Blondin

Le Centre Jardin Lac Pelletier propose à tous de venir faire de l’auto-cueillette de légumes dans une de ses serres.

Une expérience d’auto-cueillette de légumes avait été faite l’année dernière par l’équipe du Centre Jardin Lac Pelletier.

J’estime que nous avons deux semaines de retard. Je crois que le manque d’ensoleillement y est pour quelque chose.

Suzie Éthier

«La réponse a été très positive et nous avons décidé de mettre en place des installations qui nous permettraient de mieux le faire cette année», a indiqué la propriétaire Suzie Éthier.

Douze camions de dix roues de terre ont été nécessaires pour remplir les nouveaux caissons. Près de trois semaines de travail ont été nécessaire pour aménager la serre.

«Je voulais donner une deuxième vocation à ma serre qui était vide à partir de juillet, a expliqué Mme Éthier. Dorénavant, nous pouvons vendre nos plantes saisonnières et retirer les couvercles pour faire la production de légumes par la suite.»

De la variété

La serre contient une grande diversité de légumes comme des tomates, des concombres, des poivrons, des aubergines et de la laitue.

«Nous faisons des tests à savoir quels légumes sont les plus appréciés et les plus savoureux, a rapporté Suzie Éthier. Nous avons présentement une vingtaine de variétés de tomates et presque autant de poivrons. Ça permet aux gens de découvrir des variétés qu’ils ne connaissaient pas.»

En plus des légumes poussant dans la serre, un jardin complète l’offre de légumes en y incluant des légumes racines. Il est également possible d’acheter des pousses comme des fèves germés et de la luzerne.

«Les gens prennent un panier à l’entrée de la serre et cueillent les légumes de leur choix, a précisé Mme Éthier. Le coût varie en fonction des légumes cueillis et de leur poids. Nous tentons d’avoir des prix un peu moins cher qu’en épicerie et en plus, ils sont plus que frais.»

Souci de l’environnement

Le projet d’auto-cueillette a une portée environnementale. «On nous répète sans cesse que notre nourriture parcoure des kilomètres et des kilomètres avant de se retrouver dans notre assiette. En venant cueillir ses propres légumes ici, on est assuré de manger des produits locaux», a souligné la propriétaire.

Le souci de l’environnement est également présent dans la production des plants. «Nous avons eu un problème de pucerons avec une variété de melons que nous avions planté. Nous avons importé 4500 coccinelles afin de contrôler la population de pucerons», a poursuivi Mme Éthier.

Une deuxième serre?

Suzie Éthier songe sérieusement à transformer une deuxième serre afin d’augmenter sa production de légumes destinée à l’auto-cueillette. «Il y a suffisamment de demandes pour qu’on songe à le faire, a-t-elle fait savoir. Cela demande un investissement important, mais nous sommes à évaluer les possibilités qui s’offrent à nous.»