Sections

Bilan positif pour le 1er Festival minier de la région


Publié le 17 juin 2017
PR-Festiminesbilan-6

Publié le 17 juin 2017

La pluie n’a pas découragé les participants, qui ont été environ une dizaine à prendre part aux différentes compétitions du samedi.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-1

Publié le 17 juin 2017

Kim Salvail, de la mine Westwood d’Iamgold, affichait beaucoup de confiance lorsqu’il s’est attaqué à la compétition de forage de vitesse. Il a d’ailleurs remporté l’épreuve avec un temps de 1m57s, le seul sous la barre des 2 minutes.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-4

Publié le 17 juin 2017

Les épreuves ont permis au public de voir à l’œuvre des machines qui, normalement, ne sont utilisées que sous terre.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-8

Publié le 17 juin 2017

La pluie n’a pas découragé les participants, qui ont été environ une dizaine à prendre part aux différentes compétitions du samedi.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-2

Publié le 17 juin 2017

Kim Salvail, de la mine Westwood d’Iamgold, affichait beaucoup de confiance lorsqu’il s’est attaqué à la compétition de forage de vitesse. Il a d’ailleurs remporté l’épreuve avec un temps de 1m57s, le seul sous la barre des 2 minutes.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-3

Publié le 17 juin 2017

Kim Salvail, de la mine Westwood d’Iamgold, affichait beaucoup de confiance lorsqu’il s’est attaqué à la compétition de forage de vitesse. Il a d’ailleurs remporté l’épreuve avec un temps de 1m57s, le seul sous la barre des 2 minutes.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-5

Publié le 17 juin 2017

Les épreuves ont permis au public de voir à l’œuvre des machines qui, normalement, ne sont utilisées que sous terre.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-7

Publié le 17 juin 2017

La pluie n’a pas découragé les participants, qui ont été environ une dizaine à prendre part aux différentes compétitions du samedi.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-9

Publié le 17 juin 2017

Le président du RTM, Sylvain Racine, en train d’expliquer au maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher, comment utiliser une «jackleg» pour forer efficacement dans la roche.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-10

Publié le 17 juin 2017

Le maire Mario Provencher a procédé à une simulation de «blast» minier pour lancer officiellement les compétitions du samedi.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-11

Publié le 17 juin 2017

Comme le montre le président du RTM, Sylvain Racine, chacun des trois meilleurs compétiteurs aux différentes épreuves a remporté un trophée réalisé par Roger Fontaine dans un échantillon de sulfures massifs poli.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-12

Publié le 17 juin 2017

Plusieurs entreprises, dont Iamgold, MiningEquip, Wolseley et Entreprises Gaétan Jolicoeur, pour ne nommer que celles-là, ont collaboré au Festival minier en fournissant des équipements et des services.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-13

Publié le 17 juin 2017

Parmi les activités organisées en marge des compétitions minières figurait une exposition de photos d’époque animée par l’historien Alexandre Faucher.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

PR-Festiminesbilan-14

Publié le 17 juin 2017

Même les tout-petits avaient leur espace, alors que l’entreprise Crapule et Malcommode avait fourni des modules gonflables d’inspiration minière.

Photos par TC Media - Patrick Rodrigue

Même si seulement quelque 75 personnes se sont présentées sur le site des compétitions, les organisateurs du Festival minier de l’Abitibi-Témiscamingue dressent un bilan positif de cette première édition.

Organisé par le Regroupement des travailleurs miniers (RTM), l’événement s’est déroulé du 15 au 17 juin à Rouyn-Noranda. Il a débuté par une exposition commerciale qui, le jeudi et le vendredi, a permis à une vingtaine d’entreprises minières de la région de faire connaître leurs produits et services. Les personnes intéressées par une carrière dans les mines ont aussi pu prendre part à une opération de recrutement.

L’activité principale a pris la forme d’une série de compétitions, le samedi, à laquelle ont participé plusieurs travailleurs miniers de la région et du Nord-Est ontarien. En raison du temps maussade, certaines activités prévues à l’horaire ont cependant dû être annulées. Malgré tout, environ 75 personnes s’étaient déplacées pour l’occasion à la presqu’île du lac Osisko.

«Nous sommes satisfaits de l’assistance, a mentionné le président du RTM, Sylvain Racine. Pour nous, accueillir 75 personnes à la première édition d’un festival quand même assez spécialisé, en même temps que le stock car de Beaudry et une activité à la Fonderie Horne pour son 90e anniversaire, tout ça avec la pluie qui est tombée une bonne partie de la journée, on voit ça comme un succès. Là, les gens vont voir ce qu’ils ont manqué et ils vont venir plus nombreux à la prochaine édition.»

Démystifier le travail minier

Car le RTM entend bien récidiver l’an prochain, mais sans doute sous une forme un peu différente. Forages Rouillier a notamment approché l’organisme pour ajouter un volet forages mécanisés au diamant aux épreuves.

«On veut attirer plus de participants aux compétitions, a fait savoir M. Racine. Bien des gens étaient intéressés, mais ils avaient peur de s’inscrire parce qu’ils se disaient qu’ils ne scoreraient pas comme Wayne Gretzky. Mais c’est justement ça, l’idée: on veut montrer à Monsieur et Madame Tout-le-monde en quoi consiste le travail minier et leur donner l’occasion de le vivre, tout ça dans une ambiance de fête.»

Des participants satisfaits

Les participants, eux, ont apprécié leur expérience. «C’est vraiment le fun, a lancé l’un d’eux. Ça nous change de faire ça en plein air, à la surface, en pleine lumière.» D’autres se taquinaient mutuellement, espérant gagner quelques précieuses secondes tantôt lors du forage de vitesse, tantôt lors de la pose de rails, tantôt lors du pelletage mécanisé à l’aide d’une locomotive minière pneumatique (muck machine).

Même Mario Provencher, seul maire à avoir répondu à l’invitation du RTM, a brisé à sa manière la bouteille de champagne sur le flanc du navire en tentant l’épreuve de la foreuse à béquille (jackleg) afin d’ouvrir officiellement les festivités.

«Je lève mon chapeau à tous ceux qui font ce travail, a-t-il lancé. Le principe est facile à comprendre, mais ce n’est pas évident de coordonner tout ça. Je salue aussi l’initiative du RTM. Les mines demeurent une composante majeure de l’histoire et de l’économie de notre région. C’est un travail qui mérite d’être mieux connu de tous.»