Sections

Menus harmonisés et trois laboratoires spécialisés au CISSS-AT


Publié le 19 mai 2017

Yves Desjardins et Claude N. Morin lors du conseil d’administration à Témiscaming le 18 mai.

©TC Media - Lucie Charest

Un plan de réorganisation des menus des centres d’hébergement en soins de longue durée (CHSLD) a été déposé lors du C.A. du CISSS-AT tenu à Témiscaming le 18 mai. Le C.A. a également adopté une résolution confirmant la mise en place du projet OPTILAB et le développement de trois laboratoires spécialisés en région.

Stéphane Lachapelle, directeur adjoint aux services auxiliaires, a tracé les grandes lignes de la réorganisation des menus en CHSLD. Cette réorganisation découle de l’engagement du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, l’automne dernier. Les responsables de l’alimentation du CISSS-AT ont tiré le meilleur parti des résultats de chacun des projets-pilotes réalisés dans les régions de la Capitale nationale et Chaudière-Appalaches. 

Nous élaborons des menus types, mais on laisse un espace pour que les chefs puissent apporter des variations sur quelques-uns de ces menus, qu’ils continuent de se réaliser à l’intérieur de leur travail.

Yves Desjardins

«Il y a un mois, nous avons préparé un manuel de gestion, qui a été accepté par le ministère de la Santé, a indiqué M. Lachapelle. Les menus seront validés, uniformisés dans tous nos CHSLD au courant de l’été. Par la suite, ils seront intégrés à un logiciel et leur implantation complète échelonnée sur trois semaines se fera dès février 2018.»

D’après M. Lachapelle, plusieurs cuisiniers ont manifesté quelques craintes sur la perte de leur authenticité et leur créativité. Craintes qu’Yves Desjardins, PDG du CISSS a tenu à apaiser. «Nous harmoniserons l’ensemble de nos menus, toutefois, chacun pourra conserver une saveur locale, a-t-il rassuré. Exemple, si le jour 1, c’est du pâté chinois, ce sera du pâté chinois à la grandeur de la région. Mais chaque cuisinier pourra y apporter sa petite touche. L’objectif est vraiment de s’assurer que chaque personne ait l’apport en nutriments et en protéines dont elle a besoin. Nous élaborons des menus types, mais on laisse un espace pour que les chefs puissent apporter des variations sur quelques-uns de ces menus, qu’ils continuent de se réaliser à l’intérieur de leur travail.»

Trois laboratoires spécialisés et un laboratoire serveur

Une résolution a été adopté afin d’officialiser la cession des laboratoires de biologie médicale locaux vers le Centre universitaire de santé McGill (CUSM), où est situé le laboratoire serveur dans la démarche Optilab auquel notre région est associée. Du même fait, cette résolution entérine la nouvelle structure régionale, unique au Québec, où trois pôles de laboratoires spécialisés seront maintenus en région pour certains échantillons.

«Nous avions déjà initié un projet d’optimisation ici, a indiqué la directrice des services multidisciplinaires, Caroline Roy. Val-d’Or aura la majorité des analyses non urgentes en biochimie, Rouyn-Noranda aura la majorité des analyses non-urgentes en microbiologie et Amos les analyses en pathologie. La majorité de nos laboratoires conserveront les analyses urgentes et le reste sera transféré dans l’un de nos trois pôles.»

Le CUSM sera la tête dirigeante de tous ces laboratoires en collaboration avec des intervenants régionaux. Selon le modèle officialisé avec cette résolution, moins de 5 % des analyses spécialisées sont dirigées vers le CUSM pour le moment. Les analyses requises avant les traitements de chimiothérapie continueront de se faire dans les laboratoires locaux.

Autres points

Le projet d’agrandissement du Centre de santé de Ville-Maire, chemine plutôt bien d’après les informations transmises par Marc Bergeron, adjoint à la direction, équipe projets. Plus de 90 % des plans et devis préliminaires sont complétés. Les appels d’offre devraient être officiellement lancés d’ici la fin de l’année pour permettre d’entamer les travaux au printemps 2018.

La formation de trois comités consultatifs pour les territoires d’Abitibi-Ouest, Abitibi et Témiscamingue ont été entérinés par le C.A. Celui de Témiscamingue est formé par des membres déjà très impliqués en santé. Il s’agit de Raymond Gagnon, Dominique Lance, Yvette Duquette, Carole McBride, Paul-Émile Barbeau, Hélène Nickner et Jean-Louis Soulard.