L’UQAT a créé la première trousse de sensibilisation à l’autisme

Karina Osiecka karina.osiecka@tc.tc Publié le 9 février 2016

La trousse est composée de huit outils, comporte trois niveaux de connaissances et prône l’apprentissage par l’expérience.

©TC Média: Karina Osiecka

Développée par la professeure en développement humain et social Marie-Hélène Poulin et son étudiante à la maîtrise en psychoéducation Catherine Charbonneau, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) a lancé «Parle-moi de TSA!», la première trousse québécoise de sensibilisation à l’autisme.

Cet outil novateur et gratuit vise à sensibiliser et informer la population régionale, québécoise et même internationale sur le trouble du spectre de l’autisme (TSA). Le but est de démystifier un certain nombre de mythes liés à ce trouble peu connu par la population, malgré une augmentation constante des diagnostics.

«Quand le diagnostic tombe, on investit des heures à faire des recherches sur Internet et lire des livres pour comprendre. Une fois notre entourage informé, l’autisme fait partie de notre quotidien, mais ce n’est pas le cas de la population en général, le milieu scolaire, le CPE, etc. Il faut également se battre contre la désinformation à la télévision et dans d’autres médias», a expliqué Tommy Bédard, directeur de la Société de l’autisme de l’Abitibi-Témiscamingue.

Des chiffres significatifs

Pourtant, plus les années avancent, plus les gens sont susceptibles de rencontrer une personne avec un TSA, puisque le taux de prévalence augmente de façon impressionnante. «En 2013, on parlait de 1 enfant sur 100, en 2014, il s’agissait de 1 enfant sur 68 et en 2015, 1 enfant sur 45 a été diagnostiqué autiste», a précisé Marie-Hélène Poulin.

D’après elle, il est essentiel de faire connaître la réalité des personnes avec le TSA pour favoriser leur intégration sociale. À l’automne, un premier cours sur le TSA a d’ailleurs été donné à l’UQAT.

«Un tiers de la classe était composé d’étudiants. Un tiers, c’étaient des parents d’enfants autistes et un tiers, c’étaient des intervenants de différents milieux, dont scolaire et des services de garde», a indiqué Mme Poulin.

Composée de huit outils, la trousse est disponible gratuitement sur le web. «Cela permettra de faire connaître la trousse à la grandeur de l’Abitibi-Témiscamingue, du Québec et à travers le monde. C’est très significatif pour un établissement comme l’UQAT. On en est très fier», a fait valoir Denis Martel, vice-recteur à l’enseignement, à la recherche et à la création à l’UQAT.

 

Ateliers ouverts à tous

Deux ateliers ouverts à toutes les personnes intéressées sont organisés afin de présenter les outils et le processus de développement du projet.

16 février 2016 de 12 h à 13 h 30 (Formule : Apportez votre lunch!)
Lieu : UQAT, campus de Rouyn-Noranda – Local F-108

18 février 2016 de 18 h 30 à 20 h
Lieu : UQAT, campus de Val-d’Or – Local 4224

L’UQAT a créé la première trousse de sensibilisation à l’autisme

Karina Osiecka karina.osiecka@tc.tc Publié le 9 février 2016

La trousse est composée de huit outils, comporte trois niveaux de connaissances et prône l’apprentissage par l’expérience.

©TC Média: Karina Osiecka


Développée par la professeure en développement humain et social Marie-Hélène Poulin et son étudiante à la maîtrise en psychoéducation Catherine Charbonneau, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) a lancé «Parle-moi de TSA!», la première trousse québécoise de sensibilisation à l’autisme.

Cet outil novateur et gratuit vise à sensibiliser et informer la population régionale, québécoise et même internationale sur le trouble du spectre de l’autisme (TSA). Le but est de démystifier un certain nombre de mythes liés à ce trouble peu connu par la population, malgré une augmentation constante des diagnostics.

«Quand le diagnostic tombe, on investit des heures à faire des recherches sur Internet et lire des livres pour comprendre. Une fois notre entourage informé, l’autisme fait partie de notre quotidien, mais ce n’est pas le cas de la population en général, le milieu scolaire, le CPE, etc. Il faut également se battre contre la désinformation à la télévision et dans d’autres médias», a expliqué Tommy Bédard, directeur de la Société de l’autisme de l’Abitibi-Témiscamingue.

Des chiffres significatifs

Pourtant, plus les années avancent, plus les gens sont susceptibles de rencontrer une personne avec un TSA, puisque le taux de prévalence augmente de façon impressionnante. «En 2013, on parlait de 1 enfant sur 100, en 2014, il s’agissait de 1 enfant sur 68 et en 2015, 1 enfant sur 45 a été diagnostiqué autiste», a précisé Marie-Hélène Poulin.

D’après elle, il est essentiel de faire connaître la réalité des personnes avec le TSA pour favoriser leur intégration sociale. À l’automne, un premier cours sur le TSA a d’ailleurs été donné à l’UQAT.

«Un tiers de la classe était composé d’étudiants. Un tiers, c’étaient des parents d’enfants autistes et un tiers, c’étaient des intervenants de différents milieux, dont scolaire et des services de garde», a indiqué Mme Poulin.

Composée de huit outils, la trousse est disponible gratuitement sur le web. «Cela permettra de faire connaître la trousse à la grandeur de l’Abitibi-Témiscamingue, du Québec et à travers le monde. C’est très significatif pour un établissement comme l’UQAT. On en est très fier», a fait valoir Denis Martel, vice-recteur à l’enseignement, à la recherche et à la création à l’UQAT.

 

Ateliers ouverts à tous

Deux ateliers ouverts à toutes les personnes intéressées sont organisés afin de présenter les outils et le processus de développement du projet.

16 février 2016 de 12 h à 13 h 30 (Formule : Apportez votre lunch!)
Lieu : UQAT, campus de Rouyn-Noranda – Local F-108

18 février 2016 de 18 h 30 à 20 h
Lieu : UQAT, campus de Val-d’Or – Local 4224