Divertissement

Virginia Pésémapéo Bordeleau joue sur les couleurs 0

Par Marie-Hélène Paquin

La peintre et auteure Virginia Pésémapéo Bordeleau est retournée à ses origines amérindiennes pour créer l'exposition Des Sioux aux oiseaux, présentée a la Fontaine des Arts jusqu'au 21 octobre.

Le vernissage de l'exposition avait lieu le jeudi 15 septembre à 17h, alors que l'artiste a présenté ses œuvres aux différents amateurs d'art qui étaient sur place. Dès notre entrée dans la salle d'exposition du deuxième étage, c'est la diversité des couleurs qui nous frappe. Le jaune, l'orangé, le rouge et le vert sont utilisés de façon étonnante, ce qui donne un éclat aux peintures abstraites.

La majeure partie des œuvres de l'exposition a été réalisée à partir d'un voyage au Dakota du Sud que Mme Bordeleau a fait en 2010. Elle est allée passer une semaine parmi les Sioux, reprenant ainsi contact avec ses origines, puisque l'artiste est née d'une mère crie et d'un père métisse. Les cérémonies religieuses et dansantes ont grandement inspiré l'artiste originaire de Senneterre.

«Je me souviens d'un soir où il y a eu un gros orage, s'est-elle rappelé. On voyait les nuages arriver et on dormait dans des tentes, on s'est dit qu'on allait y passer. Mais les Sioux sont sortis dehors, ils ont chanté et dansé, et le vent a tourné, la tempête est partie.» Cette anecdote a d'ailleurs inspiré une toile très colorée.

Liberté

Si les toiles de la série des Sioux sont des acryliques sur toile, une autre série de tableaux, des pastels sur papier, représente des oiseaux de façon plus figurative. «Ça vient du travail sur un projet d'intégration de l'art à l'architecture, a raconté Mme Bordeleau. Ce devait être des vitraux qui seraient installés dans une clinique médicale. Je me suis dit que comme les vitraux sont installés en hauteur, les oiseaux représentaient la hauteur, le ciel, la liberté, l'élévation.»

Malheureusement, les vitraux de Mme Bordeleau n'ont pas été sélectionnés, mais heureusement pour nous, elle a conservé une quinzaine de ces tableaux qui sont exposés à la Fontaine des Arts. «Je me suis dit que si j'étais malade, j'aimerais voir des oiseaux, a fait savoir l'artiste. Au début, je peignais le fond avec des couleurs, avec mes mains. Ensuite, je prenais un pinceau et je faisais du dessin à main levé, je traçais des oiseaux.»

Les peintures de Mme Bordeleau sont généralement plutôt abstraites, mais on arrive à discerner certaines formes, comme le corps d'un danseur Sioux, ou encore les oiseaux, qui sont plus figuratifs. «Je travaille de façon très libre, je fais le vide dans mon esprit. Parfois je commence à peindre, et des formes apparaissent qui n'était pas volontaires au départ.»