Actualités

Vidéo : Peu d'intérêt pour Miss Canada à Rouyn-Noranda 0

Piel Côté

La première édition des rencontres régionales de Miss Canada à Rouyn-Noranda n'a pas récolté le succès espéré.

Pour le 60e anniversaire de Miss Canada, on a voulu faire une tournée agrandie, visiter des régions où l'organisation ne s'était jamais aventurée. Qui plus est, Miss Canada, en l'occurrence, Mélanie Paquin, est originaire de l'Abitibi-Témiscamingue.

Malheureusement, les candidates ne se sont pas bousculées au portillon. Le succès s'est fait attendre, avec seulement 22 candidates qui se sont présentées au Cégep dimanche matin. Il s'agit de l'une des plus petites journées de rencontre régionales. Mme Daoust croit pourtant que l'activité était connue du public. «Nous avons fait de la promotion dans les bars et les écoles pour faire découvrir le concours», souligne-t-elle.

Alors comment expliquer le nombre aussi peu élevé de candidates ? Selon elle, les filles sont intimidées et elles croient, à tort, que le concours n'est pas accessible. «On dirait qu'elles pensent qu'il faut mesurer six pieds et obligatoirement peser 100 livres», a démenti la directrice des opérations.

Dans les 20 autres rencontres régionales, on amasse habituellement environ de 25 à 90 candidatures.

Une bonne dose de confiance

Pour sa part, Danika Lalonde, alias Miss Teen Québec, qui était sur place pour mousser les candidatures, encourage les gens à tenter leur expérience. «En avançant dans l'aventure, on accumule de plus en plus de confiance en soi», a laissé entendre l'adolescente de 15 ans. La jeune demoiselle croit que l'expérience en vaut le coup pour tout ce que l'on en retire. «J'avais de la misère à me présenter devant un public, mais ce n'est plus le cas maintenant, car j'ai vraiment amélioré mes capacités de communication, s'est-elle réjouie. En plus, on tisse beaucoup d'amitiés.»

Mélanie Paquin en rajoute. «Ça nous donne la preuve qu'on peut aller loin dans la vie et réaliser nos rêves», a-t-elle mentionné.